Tchad: Kamougué honoré par Deby avant d'être inhumé dans son village

13 mai 2011 à 12h23 par La rédaction

N'DJAMENA (AFP)

Le général Wadal Abdelkader Kamougué, décédé le 9 mai à 72 ans, a été élevé vendredi au grade du "Grand officier de l'ordre national du Tchad" à titre posthume lors d'une cérémonie Place des Nations à N'Djamena en présence du président Idriss Deby Itno.

"Kamougué Wadal Kamougué, au nom de la République du Tchad, je vous fais Grand officier de l'ordre national du Tchad", a déclaré le président Deby avant de déposer sur le cercueil recouvert du drapeau national une médaille dorée.

"Il a été un grand serviteur de la nation tchadienne", a déclaré le ministre intérimaire de la défense Oumar Kadjallami.

"Kamougué a essayé de vivre sa foi et sa vie politique au service de la vérité", a souligné l'archevêque de N'Djamena Mgr Mathias Ngartéri.

Le Général Kamougué sera enterré à Moissala dans le village de son père dans le sud du tchad.

Wadal Abdelkader Kamougué, dit "WAK", est décédé de maladie dans le sud du pays où il était allé faire campagne pour sa femme dans des élections législatives partielles tenues vendredi, après avoir appelé avec fracas au boycott de la présidentielle du 25 avril aux côtés des deux autres principaux opposants (Saleh Kebzabo et Ngarlejy Yorongar).

Vieux routier, il avait servi sous tous les régimes.Originaire de Sahr, ancien militaire, il a été un des instigateurs du coup d'Etat ayant renversé le premier président du Tchad, François Tombalbaye, assassiné en 1975.

WAK a été un des personnages clé du régime entre 1975 et 1979, pour ensuite devenir vice-président du gouvernement de transition (Gunt) sous Goukouni Oueddei, renversé par Hissène Habré.Cela ne l'empêchera pas d'être ministre de l'Agriculture de ce même Habré en 1987.

En 1996, ce leader sudiste chrétien a recueilli plus de 30% des suffrages au second tour de la présidentielle contre Deby.En 2001, il a terminé 4e (6%).S'il a boycotté la présidentielle de 2006, il s'est parfois entendu avec Deby.Président de l'Assemblée nationale en 2005, ministre de la Défense en 2008, il était encore ministre conseiller à la présidence à son décès.