Togo : Paris "prend note" de la réélection du président Gnassingbé

5 mars 2020 à 15h11 par AFP

AFRICA RADIO

La France a pris "note" du résultat de l'élection présidentielle au Togo, remportée par le président sortant Faure Gnassingbé avec plus de 70% des voix mais dont le déroulement est contesté par son principal adversaire, a déclaré jeudi un conseiller de la présidence française.

"On a pris note comme d'autres du score annoncé, qui vient d'être confirmé par la Cour constitutionnelle togolaise", a relevé ce conseiller lors d'une rencontre avec des journalistes de l'Association de la presse diplomatique française. La Cour a déclaré mardi Faure Gnassingbé officiellement réélu pour un quatrième mandat de cinq ans, avec 70,78% des suffrages exprimés, contre 19,46% pour l'opposant et ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo, à l'issue du scrutin du 22 février.Elle a rejeté le recours de M. Kodjo qui conteste un scrutin entaché de graves irrégularités selon lui. Les évêques du Togo ont aussi dénoncé le manque de "transparence" et d'"équité" de ce scrutin présidentiel.La France a échangé en amont avec les autorités togolaises sur la manière dont le scrutin allait de dérouler et quelles "garanties" de transparence seraient offertes, a relevé l'Elysée."On a obtenu dans le cadre de ce dialogue certaines avancées, certaines garanties. D'autres n'ont pas été mises en place et cela donne le résultat qu'on constate aujourd'hui", a ajouté la présidence française.Ni la France, ancienne puissance coloniale et allié historique de la famille Gnassingbé, au pouvoir depuis plus d'un demi-siècle, ni l'Union européenne n'avaient jusque-là fait de commentaire à la suite de cette dernière élection présidentielle.De leur côté, les Etats-Unis se sont dits "préoccupés par les efforts d'observation limités" et ont invité la Commission électorale à publier "les résultats bureau de vote par bureau de vote" pour plus de transparence.M. Gnassingbé, arrivé au pouvoir en 2005 après le décès de son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui avait lui-même dirigé le Togo pendant 38 ans, a été réélu depuis lors de scrutins tous contestés par l'opposition.