Violences à Conakry: au moins un mort et des dizaines de blessés

15 novembre 2010 à 14h35 par La rédaction

CONAKRY (AFP)

Au moins une personne a été tuée et des dizaines blessées dans des violences qui ont opposé lundi à Conakry des partisans d'un des candidats à la présidentielle en Guinée, Cellou Dalein Diallo, aux forces de l'ordre, a appris l'AFP de source policière.

"Des militaires ont tiré sur un groupe de manifestants" tuant l'un d'entre eux dans la commune de Ratoma, banlieue de Conakry, a déclaré cette source, ajoutant que "des dizaines ont été blessées".

Dès lundi matin, des groupes de jeunes partisans de Cellou Dalein Diallo s'en sont pris aux forces de sécurité dans plusieurs secteurs de Conakry, dont Ratoma, leur jetant des pierres et projectiles divers.Ils ont également érigé des barricades et brûlé des pneus.

 "Ca pétarade de partout, c'est ce qu'on voulait éviter malheureusement!" a indiqué à l'AFP un témoin, Oumar Sadio Diallo, 60 ans, pharmacien à Ratoma, qui a affirmé avoir entendu des "coups de feu".

"Les électeurs de Cellou Dalein Diallo expriment leur colère parce qu'ils pensent qu'il y a eu tricherie et que ce n'est pas la vérité des urnes qu'on va publier!", a-t-il dit, assurant que toutes sortes de rumeurs couraient et que les jeunes étaient "très difficiles à responsabiliser".

Ratoma est la seule de commune de Conakry où Cellou Dalein Diallo était arrivé en tête, avec 67% des voix, selon les résultats partiels de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) qui publiera tous les résultats provisoires lundi à partir de 18H00 (locales et GMT).

M. Diallo avait menacé dimanche de ne "pas accepter" les résultats provisoires du scrutin s'ils étaient annoncés immédiatement, sans que toutes ses plaintes pour faudes aient été examinées, et avait appelé ses partisans "au calme et à la retenue".

 Son adversaire, Alpha Condé, qui a revendiqué lundi sa victoire, avait au contraire estimé que la Céni "doit publier les résultats ce lundi et respecter les délais impartis".