Volcan Nyiragongo : timide retour de la population à Goma

Par AFP

AFRICA RADIO

Un timide mouvement de retour des populations était observé lundi à Goma, quatre jours après l'évacuation surprise ordonnée par les autorités de crainte d'une nouvelle éruption du volcan Nyiragongo dans cette ville de l'Est de la République démocratique du Congo, d'après l'ONU.

La ville de Goma enregistre "un mouvement de retour timide des populations qui s'étaient déplacées à la suite de l'ordre d'évacuation du 27 mai", a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha). Ce jour-là, le gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant général Constant Ndima a appelé à l'évacuation obligatoire de tous les habitants des dix quartiers de Goma par crainte d'une nouvelle éruption volcanique.Cette évacuation surprise ordonnée sans aucune organisation apparente ou soutien logistique adéquat avait vidé Goma d'une grande partie de ses habitants.Survenue de façon soudaine le 22 mai, l'activité sismique du Nyiragongo, notamment des tremblements de terre avec fissures, s'est poursuivie pendant près d'une semaine, faisant craindre le pire.Depuis samedi, la situation est plutôt revenue au calme, les secousses sismiques sont désormais très réduites.Dans un message, l'armée a fait état de "tremblements de terre qui continuent bien qu'ils ne soient pas ressentis par la population" et a appelé celle-ci à "rester vigilante"."Nous demeurons toujours dans la phase rouge", a déclaré son porte-parole dans la région, le major Guillaume Ndjike. "Les activités à Goma reprennent +timidement+. Quelques commerces sont ouverts dans les différents quartiers de la ville, y compris au centre-ville ainsi que dans le centre commercial de Birere", explique l'Ocha."Des véhicules privés et de transport en commun transportent les populations qui ont décidé de retourner chez elles", selon la même source.Le nombre de véhicules qui circulent dans la ville est beaucoup plus important qu'il y a trois jours, a-t-on constaté.Selon l'ONU, au total, "près de 416.000 personnes ont été déplacées par l'éruption" soudaine du Nyiragongo le 22 mai à Goma.Les personnes déplacées se sont réparties dans plus de 10 zones dans les provinces congolaises du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, mais également au Rwanda voisin.Selon l'Ocha, "le manque de nourriture et d'hébergement adéquat motiveraient ces mouvements de retour" et "les activités reprennent timidement" dans la ville.