Zimbabwe: le gouvernement accusé de violations des droits humains

15 octobre 2019 à 14h58 par AFP

AFRICA RADIO

Plusieurs organisations ont accusé mardi le gouvernement zimbabwéen de violations des droits de l'Homme depuis que le président Robert Mugabe, mort en septembre, a été contraont à quitter le pouvoir en 2017.

Mugabe a été renversé par des généraux en novembre 2017: des chars étaient intervenus à Harare, et des milliers de civils étaient apparus dans les rues pour demander la démission de Mugabe, mort d'un cancer le mois dernier.Selon le Zimbabwe Human Rights NGO Forum, coalition de groupes de défense des droits de l'Homme, le nouveau gouvernement du président Emmerson Mnangagwa est aussi "complice de violations des droits humains".Dans un rapport de 90 pages sur la situation en 2018, ces groupes accusent les forces de sécurité d'avoir réprimé les civils et d'avoir porté atteinte à leurs libertés politiques."L'intervention des militaires dans la politique intérieure est devenue plus prononcéee qu'avant et les violations commises par les militaires ont atteint des niveaux élevés," a déclaré Jestina Mukoko, dirigeante du Zimbabwe Human Rights NGO Forum. "Les officiers des services de sécurité sont les principaux coupables des violations des droits humains", selon le texte.Les responsables du gouvernement n'étaient pas disponibles dans l'immédiat mardi pour commenter les propos de ces ONG.Six personnes avaient été tués en août 2018 quand des militaires avaient ouvert le feu contre des manifestants à Harare.Une enquête gouvernementale avait conclu à la responsabilité des militaires et des policiers mais personne n'a été poursuivi.