Zimbabwe: le président Mugabe assure que le pays se redressera par lui-même

9 juillet 2010 à 9h42 par La rédaction

HARARE (AFP)

Le président Robert Mugabe a déclaré que le Zimbabwe se redresserait par lui-même, sans aide occidentale, alors que l'Union européenne a dit attendre des "progrès concrets" concernant le respect des droits de l'Homme pour alléger les sanctions qui pèsent sur le pays.

"Le Zimbabwe se redressera par son intelligence et ses ressources", a assuré Robert Mugabe devant le comité central de son parti, le ZANU-PF, a rapporté vendredi le journal d'Etat Herald.

"Le Zimbabwe ne sera sauvé par aucun pays, aucune organisation, surtout pas occidentale.Laissons cela à nos partenaires au sein du gouvernement d'union, mais nous n'allons pas gaspiller nos efforts en initiatives inutiles", a-t-il dit.

Ces déclarations interviennent une semaine après une rencontre à Bruxelles entre une délégation du Zimbabwe et des représentants de l'Union européenne sur les sanctions imposées depuis 2002 à ce pays d'Afrique australe par l'UE en raison de violations répétées des libertés fondamentales par le régime de Robert Mugabe.

La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, a souligné le 2 juillet que "l'UE appréciait certains progrès réalisés" depuis la formation d'un gouvernement d'union en février 2009 et répondrait "de manière flexible et positive à tout signal clair de progrès concrets supplémentaires" en matière de réformes politiques.

M. Mugabe a également accusé les pays occidentaux de faire pression sur le processus de Kimberley pour interdire au Zimbabwe d'exporter ses diamants.

Le Processus de Kimberley vise à empêcher la commercialisation des "diamants du sang", provenant de pays où ils servent à l'achat d'armes et où les droits de l'Homme sont violés.

La dernière réunion du Processus le 24 juin à Tel Aviv n'a pas réussi à dégager un consensus sur la levée de l'interdiction des ventes de diamants du Zimbabwe.

Le processus de Kimberley "n'est pas une organisation des droits de l'Homme.Mais c'est ce que les Etats Unis, le Canada et l'Australie voudraient qu'il soit, quand il s'agit du Zimbabwe", a déclaré M. Mugabe.

"Nous avons été mis sur la sellette parce que ces mêmes pays nous sont imposé des sanctions illégales et poussé à la ruine", a-t-il accusé.