Nouveau bilan des violences dans l'est de la RDC: 33 morts

AFRICA RADIO

3 septembre 2022 à 17h06 par AFP

Au moins 33 personnes ont été tuées à la suite de l'attaque d'une ville minière par des miliciens dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué samedi le Baromètre sécuritaire du Kivu.

"Ce mercredi 1er septembre, suite à une attaque des Codeco-FBDC vers Mongwalu, les miliciens (...) ont été pris dans une embuscade des FARDC (forces armées) à Mamba. Les affrontements ont fait au moins 33 victimes, dont des civils", a indiqué cet organisme indépendant sur Twitter. Le précédent bilan, de source administrative, avait fait état de 22 morts dont 8 miliciens de la "Coopérative pour le développement du Congo" (Codeco) tués par l'armée et 14 civils tués par ces miliciens. Les miliciens avaient attaqué la ville minière de Mongbwalu pour libérer plusieurs personnes arrêtées par les forces de sécurité. Ils avaient ensuite été repoussés par les forces armées. La région aurifère de l'Ituri a renoué avec les violences depuis fin 2017 avec l'avènement de la milice Codeco - un groupe armé structuré autour d'une secte religieuse - qui prétend défendre les intérêts des Lendu, une des communautés de cette province, contre la communauté rivale Hema et contre les forces de sécurité. Cette milice est considérée comme l'un des groupes les plus meurtriers de l'Est congolais. En plus des civils et des militaires, les miliciens Codeco s'attaquent également aux déplacés et à des humanitaires. L'Ituri et la province voisine du Nord-Kivu sont placés sous état de siège depuis mai 2021. Cette mesure exceptionnelle n'a jusqu'à présent pas réussi à stopper les tueries et les attaques contre les civils. eml/cpy/ial/ [object Object]