Ouganda: le président lève la suspension d'une ONG soutenue par l'UE

AFRICA RADIO

24 juin 2022 à 15h21 par AFP

Le président ougandais Yoweri Museveni a levé la suspension prononcée il y a 18 mois contre une organisation de promotion de la démocratie et des droits humains soutenue par l'Union européenne et six pays européens, a annoncé vendredi la présidence.

Le gouvernement avait suspendu le Centre pour la gouvernance démocratique (Democratic governance facility, DGF) le 2 janvier 2021, affirmant que l'organisation s'ingérait dans les affaires intérieures du pays en parrainant des formations d'opposition avant l'élection présidentielle du 14 janvier. Cette décision de M. Museveni fait suite à une rencontre mercredi avec le ministre danois de la Coopération au développement Flemming Miller Mortensen, dont le pays finance le DGF avec cinq autres pays européens ainsi que l'UE. Le chef de l'Etat ougandais a précisé mercredi sur Twitter que le DGF pourrait fonctionner jusqu'en décembre 2022, date à laquelle son projet devait prendre fin, "avec le gouvernement représenté dans les instances de prise de décision". Selon son site internet, le DGF entend promouvoir "un Ouganda où les citoyens ont le pouvoir de s'engager dans la gouvernance démocratique et où l'État défend les droits des citoyens". En mai, un tribunal ougandais a ordonné au gouvernement de reconsidérer sa décision de suspendre la plus importante organisation de défense des droits humains dans les pays, Chapter Four. Chapter Four, dont le nom fait référence au chapitre 4 de la constitution ougandaise qui énonce les droits et libertés fondamentaux, figure parmi 54 ONG dont les activités ont été suspendues en août 2021, quelques mois après l'élection présidentielle. Ce scrutin a vu le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, réélu pour un sixième mandat au terme d'une campagne violente marquée par le harcèlement et l'arrestation de personnalités de l'opposition, dont le principal opposant et député Bobi Wine, des attaques contre les médias et la mort de dizaines de personnes. L'opposition a contesté le résultat de cette élection, qualifiée de "mascarade" par Bobi Wine.