RDC: timide retour des habitants dans l'est, crainte de nouveaux combats avec le M23

AFRICA RADIO

31 mars 2022 à 13h21 par AFP

Des habitants qui avaient fui leurs villages de l'est de la RDC en début de semaine pour échapper aux combats entre l'armée et les rebelles du M23 rentraient peu à peu chez eux jeudi, tout en craignant une reprise des hostilités, ont témoigné des sources locales.

Les affrontements ont été violents lundi et mardi dans le territoire de Rutshuru, frontalier de l'Ouganda, avec notamment le crash encore inexpliqué d'un hélicoptère de l'ONU qui a fait huit morts parmi les Casques bleus. Selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (UNHCR), au moins 9.000 ménages, soit environ 45.000 personnes, ont fui la zone des affrontements, dans le groupement de Jomba. Plusieurs milliers ont franchi la frontière ougandaise pour se mettre à l'abri. A la faveur d'un calme relatif qui règne depuis mercredi, un "retour timide" des habitants est observé notamment dans la ville frontalière de Bunagana, selon Théophile Nteba, chef de la localité de Gikoro. Selon lui, certains d'entre eux viennent seulement récupérer quelques affaires, avec l'intention de retourner aussitôt en Ouganda. La circulation a repris sur la route menant de la frontière au centre de Rusthuru. "Le M23 reste positionné au niveau de la paroisse de Bugusa", à moins de 7 km de Bunagana, ajoute-t-il. "Les rebelles occupent Bugusa, Tchanzu, Runyoni, Kanyoni, Kariba et d'autres villages", précise Damien Sebuzanane, président de la société civile du groupement de Jomba. "La population a peur de la reprise des affrontements entre l'armée et le M23", dit-il, précisant que 4 civils ont été tués et 5 blessés en début de semaine. "La situation est également calme à Rutshuru, la population commence à revenir petit à petit", indique également Lwanzo Muhindo, directeur de cabinet de l'administrateur militaire du territoire de Rutshuru. Non loin de là, Moïse Nzaya, motard de Rwanguba, confirme lui aussi le retour timide de la population. Mais, dit-il, "nous sommes inquiets car il y a déploiement de militaires vers là où se trouve le M23, on ne sait pas ce qui va arriver d'ici peu de temps". Le M23, issu d'une ancienne rébellion tutsi congolaise, avait été vaincu en 2013 par l'armée mais est réapparu en fin d'année dernière, en reprochant aux autorités de Kinshasa de ne pas avoir respecté des engagements sur la démobilisation de ses combattants. L'armée congolaise a accusé lundi le Rwanda de soutenir ce mouvement rebelle, ce que Kigali a démenti.