Rébellion du M23 en RDC: après une courte accalmie, un dimanche de combats

AFRICA RADIO

20 novembre 2022 à 20h51 par AFP

Les offices religieux ont été écourtés dimanche dans des villages du nord-est de la République démocratique du Congo par l'irruption des rebelles du M23 qui restent à l'offensive, en dépit des appels à déposer les armes.

Goma (RD Congo) (AFP)

Les lignes de front étaient restées calmes samedi, laissant croire que les appels à cesser le feu pouvaient avoir été entendus.Mais l'accalmie n'a duré qu'une journée.

"Nous étions à l'église pour le culte et le M23 a surgi en tirant beaucoup de coups de feu", a déclaré à l'AFP par téléphone un pasteur de Katwiguru, agglomération du territoire de Rutshuru située sur le front nord-est des combats entre l'armée congolaise et le "Mouvement du 23 mars".

Selon Jean Bosco Bahati, un responsable de la société civile locale, les rebelles se sont emparés de plusieurs villages de la région, à quelque 35 km d'Ishasha, localité frontalière de l'Ouganda située non loin du Lac Edouard. 

"La population est en débandade", a-t-il témoigné.Selon un autre habitant, l'armée s'est repliée vers le nord.

Plus au sud, les combats ont aussi repris dimanche matin à une vingtaine de km au nord de la grande ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, au niveau de Kibumba, qui marque depuis plusieurs jours la ligne du front sud.

"Depuis ce matin les combats font rage" dans la région, a indiqué un habitant."Trois officiers dont un colonel viennent d'être blessés dans les combats", a précisé une source sécuritaire sous couvert d'anonymat.

Il y a vingt ans jour pour jour, le 20 novembre 2012, le M23 s'était emparé de la ville de Goma, qu'il avait occupée pendant une dizaine de jours avant de se retirer et d'être vaincu l'année suivante. 

- William Ruto à Kinshasa -

Reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté des engagements sur la démobilisation et la réinsertion de ses combattants, le mouvement tutsi a repris les armes en fin d'année dernière et étend depuis son territoire.

Sa résurgence a provoqué un regain de tension entre la RDC et le Rwanda, accusé de soutenir cette rébellion.Kigali conteste, en accusant en retour Kinshasa de collusion avec des rebelles hutu rwandais implantés en RD Congo depuis le génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda.

Plusieurs initiatives diplomatiques ont été lancées pour tenter de surmonter la crise. 

Le président kényan William Ruto doit avoir lundi à Kinshasa un entretien avec son homologue congolais Félix Tshisekedi.

Sa visite fait suite à celle de son prédécesseur, l'ex-président Uhuru Kenyatta, désormais facilitateur de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est (EAC) pour la RDC, venu préparer une nouvelle session de pourparlers de paix prévus dans les prochains jours à Nairobi.

Vendredi soir, Uhuru Kenyatta a indiqué que le président rwandais Paul Kagame s'était joint aux appels demandant aux rebelles du M23 de cesser les combats et de se retirer des territoires qu'ils occupent.

L'EAC a par ailleurs décidé de créer une force régionale pour tenter de ramener la paix dans l'est de la RDC, en proie depuis près de trente ans aux violences de multiples groupes armés, dont le M23. 

Le Kenya devrait contribuer à cette force à hauteur de 900 hommes, dont les premiers sont arrivés à Goma, où se situe le quartier général de la force.

Une autre initiative diplomatique est conduite en parallèle par le chef de l'Etat angolais João Lourenço, qui prévoit une nouvelle rencontre entre les présidents congolais et rwandais jeudi à Luanda.