Sahara occidental: Madrid assure avoir prévenu Alger de son changement de position

AFRICA RADIO

20 mars 2022 à 9h36 par AFP

Le gouvernement espagnol assure avoir prévenu en amont l'Algérie de son soutien au plan d'autonomie proposé par le Maroc pour le Sahara occidental, qui a provoqué la colère d'Alger, l'un des principaux fournisseurs de gaz de l'Espagne.

Face à ce qu'elle a qualifié de "brusque revirement" de Madrid, l'Algérie, principal soutien des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, a rappelé samedi son ambassadeur en Espagne. "Le gouvernement espagnol a informé en amont le gouvernement algérien de la position de l'Espagne concernant le Sahara", ancienne colonie espagnole, ont indiqué samedi soir des sources gouvernementales. "Pour l'Espagne, l'Algérie est un partenaire stratégique, prioritaire et fiable avec lequel nous souhaitons maintenir une relation privilégiée" ont-elle assuré. Le gouvernement espagnol a apporté pour la première fois publiquement vendredi son soutien au projet d'autonomie marocain pour le Sahara occidental, alors que Madrid avait toujours adopté une position neutre entre Rabat et les indépendantistes sahraouis du Front Polisario. Ce virage à 180 degrés va permettre une normalisation des relations entre l'Espagne et le Maroc après la brouille diplomatique majeure déclenchée par l'accueil en Espagne en avril 2021 du chef du Polisario, Brahim Ghali, pour y être soigné du Covid-19. Le point culminant de cette crise avait été l'arrivée massive en mai 2021 de plus de 10.000 migrants, principalement des Marocains, dans l'enclave espagnole de Ceuta sur la côte nord du Maroc, à la faveur d'un relâchement de la surveillance des frontières côté marocain. Le conflit du Sahara occidental, considéré comme un "territoire non autonome" par l'ONU, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes du Polisario, soutenus par Alger. Rabat, qui contrôle près de 80% de ce territoire désertique au riche sous-sol et aux eaux très poissonneuses, propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté tandis que le Polisario réclame un référendum d'autodétermination, prévu lors de la signature en 1991 d'un cessez-le feu mais jamais concrétisé.