Soudan: lacrymogènes tirés sur des manifestants après une journée sanglante

AFRICA RADIO

1er juillet 2022 à 8h21 par AFP

Les forces soudanaises ont de nouveau tiré vendredi des gaz lacrymogènes contre des centaines de personnes protestant à Khartoum contre le pouvoir militaire, au lendemain de l'une des journées de manifestations les plus sanglantes de l'année.

"Le peuple veut faire tomber Burhane" et "Nous demandons vengeance", ont scandé les manifestants dans la capitale soudanaise près du palais présidentiel, dont certains tenaient des photos des victimes de la répression. Jeudi, au moins neuf Soudanais manifestant contre le coup d'Etat d'octobre 2021 du général Abdel Fattah al-Burhane ont été tués par les forces de sécurité, selon des médecins prodémocratie. La plupart des victimes dont un mineur ont été mortellement touchées par balle. Le 30 juin marquait l'anniversaire du coup d'Etat en 1989 du dictateur Omar el-Béchir, déchu en 2019 par l'armée après une révolte populaire. L'armée avait ensuite accepté de partager le pouvoir avec des civils. Mais le 25 octobre 2021, le chef de l'armée, le général Burhane, a brutalement mis fin au fragile partage du pouvoir en faisant arrêter ses partenaires civils, libérés depuis. Depuis ce putsch, 112 manifestants ont été tués et des milliers blessés par les forces de l'ordre qui, selon l'ONU tirent régulièrement à balles réelles sur la foule. En raison de ces violences et parce qu'ils ne veulent plus d'un partenariat entre militaires et civils, les principaux blocs civils et les partis historiques du Soudan refusent de négocier avec les militaires. Avant les manifestations jeudi, l'émissaire de l'ONU Volker Perthes avait martelé que "la violence devait cesser". Plusieurs ambassades avaient réclamé que "plus aucune vie ne soit perdue" dans un pays où l'armée a quasiment toujours été aux commandes depuis l'indépendance en 1956. Les Nations unies et l'Union africaine ont condamné vendredi "l'usage excessif de la force par les forces de sécurité et l'impunité" dont elles bénéficient, en commentant la répression de jeudi. En réaction au putsch, la communauté internationale coupé son aide financière qui représentait 40% du budget du Soudan. Ces sanctions n'ont pas fait plier les militaires mais ont fait plonger l'économie avec l'effondrement de la livre soudanaise et l'inflation dépassant tous les mois les 200%.