Tchad: rassemblements interdits contre la junte, dispersés par la police

AFRICA RADIO

19 août 2022 à 14h36 par AFP

Des rassemblements sporadiques à l'appel de l'opposition ont été rapidement dispersés par un important dispositif policier à N'Djamena, la junte au pouvoir au Tchad ayant interdit toute manifestation, a constaté un journaliste de l'AFP.

Wakit Tamma, un collectif de partis d'opposition et d'associations de la société civile, avait appelé à manifester contre le Conseil militaire de transition (CMT), dirigé par Mahamat Idriss Déby Itno, fils du défunt président Idriss Déby, au pouvoir sans partage pendant plus de 30 ans, tué en se rendant au front contre des rebelles en avril 2021. Wakit Tamma souhaite manifester à la veille de l'ouverture samedi à N'Djamena du Dialogue national inclusif entre l'opposition civile et armée et la junte au pouvoir. Un dialogue qui doit déboucher sur des "élections libres et démocratiques" et la remise du pouvoir aux civils. Wakit Tamma ne participera pas au dialogue, qu'elle considère comme "biaisé". La manifestation avait été interdite par le ministre de la Sécurité publique, estimant que les organisateurs de la marche n'ont pas "respecté le délai légal de dépôt". "La ville est calme, à l'exception d'un cas isolé lorsque quelques jeunes ont brûlé un pneu sur un pont à Walia", au sud de la capitale tchadienne, près de la frontière avec le Cameroun, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police le colonel Paul Manga. "Il n'y a eu aucune arrestation", a-t-il poursuivi. "Il y a de la contestation avec sept arrestations du côté de Farcha", à l'ouest de la capitale, a de son côté affirmé Max Laolngar, le coordinateur de Wakit Tamma. Dans un communiqué publié jeudi, le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT), groupe rebelle à l'origine de l'offensive qui a tué Idriss Déby, et qui ne participera pas au dialogue national, a apporté son soutien à la manifestation de Wakit Tamma. "Au lieu de prendre les dispositions nécessaires pour sécuriser ces manifestations, comme d'habitude la junte ordonne de manière abusive leur interdiction", selon le communiqué. Les manifestations de l'opposition sont régulièrement interdites par les autorités. En avril 2021, quelques jours après l'arrivée au pouvoir de Mahamat Idriss Déby, six personnes avaient été tuées à N'Djamena, la capitale, et dans le sud du Tchad, selon les autorités, neuf selon une ONG locale, au cours de manifestations interdites par les autorités, organisées par l'opposition et la société civile.