Burkina: deux civils tués par un engin explosif artisanal

AFRICA RADIO

13 mars 2022 à 20h06 par AFP

Au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs blessées dimanche par l'explosion d'un engin artisanal au passage d'un car de transport dans le nord du Burkina Faso, confronté à des attaques jihadistes meurtrières, a appris l'AFP de sources locales.

"Un car de transport en commun a heurté une mine artisanale ce dimanche, aux environs de 8h (locales et GMT) à quelques kilomètres de Taparko", une localité située sur l'axe routier, a indiqué à l'AFP un responsable administratif ayant requis l'anonymat. Au moins "deux des passagers de ce car qui avait quitté Dori (nord) pour Ouagadougou (centre) ont été tués", selon la même source. "Le car à été complètement endommagé par la mine qui était enfouie dans un nid de poule au milieu de la route", a expliqué un témoin arrivé sur les lieux après l'accident. "Il y a eu plus d'une dizaine de blessés parmi les passagers et d'autres étaient inconscients", a-t-il dit à l'AFP. Vendredi, un engin explosif avait été déclenché sur le même axe de la route nationale numéro 3, au passage d'un camion. Cet incident avait fait deux légers blessés et des dégâts matériels. Le Burkina Faso, particulièrement les régions du nord et de l'est, est confronté à des attaques djihadistes qui ont fait plus de 2.000 morts et contraint plus de 1,7 million de personnes à fuir leur foyer depuis 2015. Les attaques avec des engins explosifs improvisés (IED) qui se multiplient depuis 2018 ont coûté la vie à près de 300 personnes - civils et militaires -, selon un décompte de l'AFP. Ces attaques sont souvent couplées à des embuscades. Au moins onze civils ont par ailleurs été tués samedi dans l'attaque d'une mine d'or artisanale dans le nord du pays, sur l'axe entre Dori, chef-lieu de la région du Sahel, et Gorom-Gorom, selon des sources locales.