Côte d'Ivoire: lancement d'un "mouvement citoyen" de soutien à Simone Gbagbo

25 septembre 2021 à 18h36 par AFP

AFRICA RADIO

L'ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo a parrainé samedi le lancement d'une coalition de ses mouvements de soutiens, un pas de plus vers la création de son propre parti politique en vue de la présidentielle de 2025.

Chants, t-shirts de soutiens, ovations et discours à la tribune: l'après-midi au Palais des sports d'Abidjan, avait tous les atours d'un meeting politique. "Nous devons relever le défi de la division, de l'émiettement pour bâtir ensemble une nation intégrée", a déclaré à la tribune Simone Gbagbo, en clôture de l'assemblée générale fondant le "Mouvement des générations capables". "Je vous invite à devenir des acteurs zélés et dynamiques du pardon et de la réconciliation", a ajouté celle qui n'est officiellement que la "marraine" du mouvement, devant plusieurs centaines de militants, dont une large majorité de femmes. Martelant la devise nationale "Union, discipline, travail", elle a insisté sur sa "vision d'une Côte d'Ivoire forte, souveraine, réconciliée, moderne et prospère". En évoquant, au fil de son discours de plus de 45 minutes, la pauvreté, les infrastructures du pays ou encore la question de la transformation des matières premières, elle a laissé transparaître un véritable programme politique. Car la question de l'avenir politique des Gbagbo est sur toutes les lèvres en Côte d'Ivoire, depuis le retour en juin de Laurent Gbagbo, acquitté par la justice internationale de crimes contre l'humanité. Fin juillet, la Cour pénale internationale avait également abandonné les poursuites contre Mme Gbagbo, poursuivie pour quatre chefs de crimes contre l'humanité, commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011. Elle avait aussi été amnistiée en 2018 par la justice ivoirienne, après sept ans de prison. Cette crise, née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle de 2010 face à Alassane Ouattara, avait fait plus de 3.000 morts. Le redoutable duo qu'elle avait formé avec son mari, lorsque celui-ci présidait la Côte d'Ivoire entre 2000 et 2011, semble toutefois avoir vécu, tant sur le plan personnel que politique. En juin M. Gbagbo est rentré à Abidjan au bras d'une autre femme, Nady Bamba, sa compagne depuis le début des années 2000, et a demandé le divorce d'avec Simone. Il va lancer un nouveau parti en octobre. Mais dans le coeur de ses soutiens, difficile de séparer politiquement le couple. "Gbagbo et Simone c'est une paire, ils iront toujours ensemble en politique. C'est un duo, un duo qui gagne", voulait croire samedi Georgette Beda, venue soutenir l'ex-Première dame. "Je ne peux pas choisir entre les deux", renchérit Colette N'Take, une sexagénaire qui estime toutefois que Simone Gbagbo peut gagner la prochaine présidentielle. Celle-ci doit avoir lieu en 2025, mais un projet de l'exécutif visant à limiter l'âge des candidats à 75 ans pourrait venir perturber les plans de Mme Gbagbo. Elle aura alors 76 ans.