Covid-19: l'Afrique du Sud autorise une dose de rappel dès 18 ans

Par AFP

AFRICA RADIO

L'Afrique du Sud a approuvé vendredi l'administration d'une dose de rappel de vaccin anti-Covid Pfizer aux adultes dès l'âge de 18 ans, dans un contexte d'inquiétude mondiale face au nouveau variant Omicron, qui représente l'écrasante majorité des nouveaux cas dans le pays.

L'Autorité de santé sud-africaine a déclaré dans un communiqué qu'elle autorisait une troisième dose de vaccin "chez les personnes âgées de 18 ans et plus, à administrer au moins six mois après la deuxième dose". Les enfants gravement immunodéprimés âgés de 12 à 17 ans peuvent recevoir une troisième dose au moins 28 jours après leur deuxième dose, a-t-elle ajouté. Cette déclaration intervient quelques heures après que BioNTech et Pfizer ont annoncé que deux doses de leur vaccin pourraient ne pas suffire à protéger contre Omicron, aux mutations multiples, et qui semble se propager plus rapidement que les souches précédentes. Selon des résultats préliminaires publiés mercredi, les laboratoires pharmaceutiques ont souligné que "le vaccin est toujours efficace contre le Covid-19 (...) s'il a été administré trois fois". Les premiers résultats d'une étude menée par un organisme indépendant en Afrique du Sud suggèrent que la capacité des anticorps du vaccin Pfizer-BioNTech à neutraliser Omicron est jusqu'à 40 fois inférieure à celle du variant Beta. Avec un total cumulé de 3.071.064 infections détectées et 90.038 décès, le Covid a frappé l'Afrique du Sud plus durement que tous les autres pays du continent. Le nombre de nouveaux cas est passé à 19.842 jeudi, contre 13.147 la veille. L'un des plus grands groupes d'hôpitaux privés d'Afrique du Sud, Netcare, a toutefois affirmé que les patients admis avec le variant Omicron présentaient des symptômes beaucoup plus légers que les variants précédents. "Leurs symptômes sont bien plus légers que ceux que nous avons connus lors des trois premières vagues", a déclaré Richard Friedland, PDG de Netcare, dans un communiqué. "Pratiquement tous les patients ont présenté des symptômes légers à modérés de type grippal, notamment un nez bouché ou qui coule, des maux de tête et une gorge irritée ou douloureuse", a déclaré la société dans un communiqué. Dans près de 90 % des cas, les patients admis dans les hôpitaux pour le Covid-19 depuis le début de la quatrième vague n'ont pas eu besoin d'oxygène. sn/cl/thm [object Object] [object Object]