Drame de Melilla: Pedro Sanchez défend son ministre de l'Intérieur

AFRICA RADIO

4 novembre 2022 à 18h36 par AFP

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a défendu avec force vendredi son ministre de l'Intérieur, très critiqué au sujet de l'action des forces de l'ordre espagnoles lorsqu'au moins 23 migrants africains ont péri en juin en tentant de pénétrer dans l'enclave de Melilla, sur la côte nord du Maroc.

Fernando Grande-Marlaska "a toute ma confiance" et "tout mon soutien", a souligné M. Sánchez, qui l'a qualifié de "grand ministre de l'Intérieur", lors d'une conférence de presse à Viana do Castelo (nord-ouest du Portugal) à l'issue d'un sommet hispano-portugais. "Tout au long de sa carrière judiciaire, et aussi de sa carrière politique", M. Grande-Marlaska "a rempli ses fonctions avec efficacité et honnêteté, respectant toujours strictement la loi et en défense des droits de l'Homme", a poursuivi M. Sánchez, un socialiste. Le gouvernement de gauche espagnol est sur la défensive depuis la diffusion mardi d'un documentaire de la BBC qui pointe la violence des forces de l'ordre marocaines et questionne l'action des garde-civils espagnols. La chaîne de télévision britannique y évoque une vidéo montrant "au moins un mort sur le sol de l'entrée" du poste-frontière séparant le Maroc de l'enclave espagnole "et d'autres corps sans vie sortis de là par les forces de sécurité marocaines". La BBC indique avoir eu la confirmation par les autorités espagnoles que cette zone était "sous leur contrôle". Plus de quatre mois après les faits, ces nouvelles révélations ont provoqué en Espagne des demandes d'explications au ministre de l'Intérieur de la part des partis d'opposition, mais aussi du parti de gauche radicale Podemos, pourtant membre de la coalition au pouvoir. Le ministre "va comparaître devant la Chambre des députés" où "il rendra compte de l'action du gouvernement espagnol durant cette tragédie", a indiqué M. Sánchez. Il a ajouté que son gouvernement ferait preuve d'une "totale transparence". "Il n'y a rien à cacher", a-t-il dit, soulignant que les autorités espagnoles collaboraient "avec les différentes enquêtes qui sont ouvertes". Mercredi, le ministère de l'Intérieur espagnol avait répliqué à la BBC en jugeant "décevant et surprenant que des accusations d'une telle gravité soient formulées sans aucune preuve". "Absolument personne, que cela soit la Garde civile (espagnole), la Gendarmerie (marocaine), le parquet ou le Défenseur des droits ne soutient que les morts ont eu lieu en territoire espagnol", avait poursuivi le ministère, affirmant de nouveau que les forces de l'ordre espagnoles avaient agi "de manière proportionnée et conforme à la loi" face à un "assaut violent". Le 24 juin, près de 2.000 migrants, originaires en majorité du Soudan, avaient tenté de franchir la frontière séparant le Maroc de l'enclave espagnole de Melilla. Au moins 23 d'entre eux avaient péri, selon le bilan des autorités marocaines. Mais des experts indépendants nommés par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU ont évoqué lundi un bilan d'au moins 37 morts. L'AMDH, association de défense des droits humains au Maroc, évoque, elle, au moins 27 morts. Le Défenseur des droits espagnol avait estimé mi-octobre que l'Espagne n'avait pas respecté les "garanties légales" des migrants.

Voir aussi