L'Ethiopie repousse la privatisation partielle de l'opérateur public Ethio Telecom

AFRICA RADIO

18 mars 2022 à 14h21 par AFP

Le gouvernement d'Ethiopie a annoncé vendredi le report du processus de privatisation partielle de l'opérateur public Ethio Telecom, "en raison des récents développements et changements macroéconomiques rapides dans le monde et du point de vue du pays".

Le processus avait été lancé le 15 juin 2021, moins d'un mois après l'attribution à un consortium privé d'une licence devant mettre un terme au monopole d'Ethio Telecom - entreprise 100% publique. Cette privatisation partielle et l'ouverture du secteur éthiopien des télécoms, l'un des derniers au monde totalement fermés, figurent parmi les pierres angulaires d'un train de réformes économiques promises par le Premier ministre Abiy Ahmed à son arrivée au pouvoir en 2018. "En raison des récents développements et changements macroéconomiques rapides, tant mondialement que du point de vue du pays, le gouvernement d'Ethiopie a choisi de reporter le processus de privatisation" d'Ethio Telecom, annonce, sans autres détails, le ministère des Finances dans un communiqué publié sur son compte Twitter. Le gouvernement, qui affirme avoir discuté avec "plusieurs soumissionnaires" depuis le lancement d'un appel d'offres en septembre 2021, se dit "déterminé à finaliser le processus de privatisation" et à "le relancer en temps voulu avec les parties impliquées et d'autres ayant exprimé leur intérêt à l'appel d'offres". "Prendre le temps de s'adapter à une meilleure situation économique et de continuer à améliorer les performances financières d'Ethio Telecom apportera une meilleure valeur à toutes les parties concernées, notamment les citoyens d'Ethiopie", poursuit le ministère des Finances. La privatisation partielle d'Ethio Telecom a pour but de rendre plus efficace cette entreprise qui compte quelque 44 millions d'abonnés pour une population totale d'environ 110 millions de personnes en Ethiopie. En 2021, l'Ethiopie avait lancé un appel d'offres pour l'attribution de deux licences dans le secteur des télécoms. Fin mai 2021, l'une de ces licences a été attribuée à un consortium conduit par le kényan Safaricom, mais une deuxième offre déposée par le sud-africain MTN a été jugée trop basse et n'a donc pas été acceptée. En arrivant au pouvoir en avril 2018 Abiy Ahmed avait promis de moderniser la très dirigiste économie éthiopienne, minée par le chômage et la pauvreté malgré une forte croissance. Quatre ans plus tard, la volonté réformatrice du Premier ministre bute sur de multiples urgences, dont le conflit en cours depuis novembre 2020 dans le nord du pays, tandis que s'aggravent les crises de la dette et du change. ayv/md/blb [object Object] [object Object]