La Sierra Leone lance un recensement national, boycott de l'opposition

Par AFP

AFRICA RADIO

La Sierra Leone a lancé vendredi un recensement national de la population, boycotté par l'opposition qui affirme craindre que l'opération serve à des manipulations électorales.

La Banque mondiale (BM) a refusé de financer le recensement, après avoir douté de sa bonne préparation. Le président Julius Bio a annoncé l'année dernière ce recensement devant selon lui servir au plan de développement du pays ouest-africain de 8 millions d'habitants et l'un des plus pauvres au monde. La Sierra Leone se remet encore de la guerre civile de 1991-2002 et de l'épidémie d'Ebola qui a sévi en Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016. Dans un récent communiqué, l'opposition s'est déclarée sceptique sur les motivations du gouvernement avec ce recensement. L'ex-formation au pouvoir APC estime qu'il s'agit d'une "odieuse tentative de dénaturer les chiffres" dans les bastions électoraux de M. Bio, dans l'Ouest et l'Est du pays. Elle a appelé ses partisans à boycotter l'opération. Le gouvernement a néanmoins annoncé le déploiement de 15.000 agents pour ce recensement. La BM a annoncé le 7 décembre avoir retiré un financement et une assistance technique pour l'opération après des inquiétudes relatives, selon elle, à la mauvaise formation des agents chargés de l'exécuter. Elle a appelé le gouvernement à résoudre ce problème pour éviter une collecte de données de mauvaise qualité, dans une lettre datée du 7 décembre, parvenue à l'AFP. Le gouvernement sierra-léonais a qualifié jeudi la position de la BM de "choquante et malheureuse", affirmant dans une lettre à l'institution financière ne pas être au courant de problèmes affectant le recensement.