La Tanzanie maintient l'interdiction d'exporter des espèces sauvages

AFRICA RADIO

5 juin 2022 à 19h21 par AFP

La Tanzanie est revenue dimanche sur sa décision controversée de lever l'interdiction d'exporter des animaux sauvages,qui avait déclenché l'indignation dans ce pays d'Afrique de l'Est.

L'interdiction a été mise en place en 2016 pour sauvegarder les espèces d'animaux et d'oiseaux protégés du pays qui étaient illégalement expédiés - vivants - à l'étranger, selon le gouvernement. Samedi, les services responsables de la protection de la faune avaient annoncé une levée de l'interdiction pour une période initiale de six mois, du 6 juin au 5 décembre, afin que les commerçants puissent "écouler les stocks d'animaux" dont l'exportation a été bloquée en vertu de l'interdiction. Mais dimanche, la ministre du Tourisme Pindi Chana a rétabli l'interdiction, précisant que de nouvelles consultations étaient en cours. "Il y avait une annonce qui autorisait l'exportation d'animaux sauvages, mais en tant que ministre responsable, j'ai immédiatement arrêté cela", a-t-elle déclaré. "Il n'y aura pas d'exportation d'animaux vivants tant que nous poursuivons les consultations et jusqu'à ce que le gouvernement en décide autrement". La décision de lever l'interdiction a provoqué une levée de boucliers sur Internet, de nombreux Tanzaniens appelant à sa révision. "Ils disent que les Maasai sont destructeurs, d'où leur expulsion forcée du Ngorongoro ! Si vous voulez mon avis : ils veulent que les Masaïs quittent les zones de conservation pour pouvoir capturer/exporter à leur guise - sans yeux indiscrets", a écrit un internaute sur Twitter. La Tanzanie autorise des communautés autochtones, comme les Massaïs, à vivre dans certains parcs nationaux mais ces dernières années, les rapports entre éleveurs et faune sauvage sont devenus de plus en plus conflictuels. Face à l'essor de la population et de leurs troupeaux, le gouvernement envisage de les expulser de la réserve naturelle Ngorongoro. L'ONG de protection de la nature WWF a averti samedi qu'un assouplissement de l'interdiction risquait de saper les progrès réalisés en matière de protection de la faune et de la flore, en encourageant notamment le braconnage. Connue pour ses parcs nationaux riches en faune sauvage, la Tanzanie attire les touristes pour ses safaris et ses plages de sable blanc sur l'archipel de Zanzibar. En 2010, les médias locaux avaient révélé qu'au moins 116 animaux et 16 oiseaux, dont certaines espèces protégées, avaient été exportés illégalement de l'aéroport du Kilimandjaro (nord du pays), à bord d'un avion qatari. Parmi eux figuraient au moins quatre girafes, plusieurs types d'antilopes, des calaos et des vautours.