Le groupe Etat islamique revendique sa première attaque au Bénin

AFRICA RADIO

16 septembre 2022 à 13h51 par AFP

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué pour la première fois une attaque dans le Nord du Bénin, exécutée par sa branche au Sahel, confirmant l'extension de ses activités vers le Golfe de Guinée.

"Les soldats du califat annoncent l'expansion de leurs opérations au Bénin", a affirmé l'organe officiel de l'EI, l'hebdomadaire Al-Naba, cité vendredi par le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE. Selon Al-Naba, début juillet, les jihadistes ont "attaqué une patrouille militaire dans le village de Takwara, dans la région d'Alibori (Nord Bénin)" et auraient tué quatre d'entre eux. Le lendemain, une "embuscade" de soldats dans la même région aurait cette fois fait deux morts. C'est la première fois que la branche sahélienne de l'EI revendique des activités au Bénin. Le groupe ainsi que son grand rival Al-Qaïda multiplient depuis des années les attaques meurtrières au Sahel, en particulier dans le nord du Mali, au Niger et au Burkina Faso. Mais leur volonté d'étendre leurs activités vers le Golfe de Guinée (Ghana, Bénin, Togo, Côte d'Ivoire notamment) est avérée depuis de longs mois et évoquée tant par les Etats africains que par la France. Dans le même numéro d'Al-Naba, l'EI revendique aussi l'attaque de Talataye, à environ 150 km de Gao (Mali) qui a fait des dizaines de morts la semaine passée selon des responsables locaux. Le groupe jihadiste assure aussi avoir tué 15 mercenaires de la société privée russe Wagner, déployée au Mali depuis plusieurs mois et réputée proche du président russe Vladimir Poutine. Bamako dément la présence de Wagner, évoquant la seule présence de formateurs russes dans le pays. La junte au pouvoir à Bamako depuis le putsch d'août 2020 s'est détournée de la France et de ses alliés pour se tourner vers la Russie. Le dernier soldat français a quitté le Mali en août après neuf ans d'engagement antijihadiste. Mais Paris, qui conserve 3.000 soldats déployés au Sahel, affirme vouloir poursuivre le combat dans la région et plus largement en Afrique de l'Ouest. La France est en discussion avec les gouvernements concernés pour discuter de partenariats en la matière. D'après l'état-major français, Paris compte également, hors la force antijihadiste Barkhane au Tchad, au Burkina Faso et au Niger, 900 soldats prépositionnés en Côte d'Ivoire, 350 au Sénégal et 400 au Gabon.