Le Soudan retire l'accréditation d'Al-Jazeera Live

AFRICA RADIO

16 janvier 2022 à 13h36 par AFP

Les autorités soudanaises ont retiré l'accréditation d'Al-Jazeera Live, alors que le chef du bureau local de la chaîne qatarie avait déjà été arrêté après le coup d'Etat militaire du 25 octobre au Soudan, qui s'en est pris à de nombreux journalistes.

Mi-novembre, le chef du bureau d'Al-Jazeera à Khartoum, le Soudanais Al-Moussalami al-Kabbachi, avait été détenu trois jours sans qu'aucune charge n'ait jamais été énoncée à son encontre. Le rédacteur en chef du quotidien de l'armée l'avait alors accusé d'avoir "publié de fausses informations et des vidéos anciennes" et d'avoir invité "des personnalités hostiles semant la zizanie". Samedi, une lettre du ministère de l'Information reprend ces termes et annonce retirer l'accréditation d'Al-Jazeera Mubasher [Al-Jazeera Live] en raison d'"une couverture non professionnelle" visant à "déchirer le tissu soudanais". Al-Jazeera Mubasher est une chaîne du groupe qatari spécialisée dans les retransmissions d'événements en direct sans présentateur ni commentaires. "Les autorités soudanaises annoncent avoir retiré l'accréditation d'Al-Jazeera Mubasher et interdire à son équipe de travailler au Soudan", indique dimanche Al-Jazeera sur Twitter. L'ambassade américaine à Khartoum a dénoncé "un pas en arrière pour la liberté de la presse qui est une pierre angulaire de la transition démocratique", à l'arrêt depuis le putsch mené le 25 octobre par le chef de l'armée. Khartoum avait déjà fait fermer le bureau d'Al-Jazeera et retiré les accréditations de ses journalistes en 2019, année durant laquelle l'armée a déposé le général Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trois décennies, sous la pression d'une révolte populaire. Fin décembre, dans un pays qui n'a pas de Parlement depuis la chute du dictateur ni de gouvernement depuis le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane, deux journalistes de la télévision saoudienne Asharq avaient été brièvement détenues. Le même jour, le bureau d'une autre chaîne financée par Ryad, Al-Arabiya, était attaqué par des officiers, ses journalistes tabassés et ses équipements saisis. Depuis, d'autres journalistes ont rapporté avoir été arrêtés ou attaqués alors qu'ils couvraient la répression des manifestations anti-putsch qui a fait jusqu'ici 64 morts. Avant le putsch, le Soudan était déjà 159e sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. L'ONU considère qu'il est aujourd'hui "de plus en plus hostile aux journalistes".