Les partenaires du Burkina assurent la junte qu'ils seront au côté du pays "pour ramener la sécurité"

AFRICA RADIO

4 février 2022 à 17h36 par AFP

Les partenaires du Burkina Faso ont assuré la junte qui a récemment pris le pouvoir au Burkina Faso qu'ils seront au côté du pays pour l'aider à retrouver "le plus vite possible la sécurité", a assuré vendredi l'ambassadeur de Chine à Ouagadougou.

Avec "tous les partenaires internationaux, on va apporter notre contribution, on va marcher ensemble avec un esprit solidaire et fraternel pour que notre pays ami puisse ramener le plus vite possible la paix et la sécurité", a déclaré Li Jian, doyen du corps diplomatique, à l'issue d'une rencontre avec le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, chef de la junte. L'ambassadeur de Chine, porte-parole du corps diplomatique accrédité au Burkina, était accompagné de plusieurs diplomates, représentant notamment la France, l'UE ou le Mali - également gouverné par une junte depuis deux coups d'Etat en 2020 et 2021. Le nouvel homme du Burkina Faso, qui a pris les rênes du pouvoir le 24 janvier après un coup d'Etat contre le président Roch Marc Christian Kaboré, a mène depuis une semaine des concertations avec toutes les composantes de la société burkinabè, les organisations internationales et les partenaires techniques et financiers. "Le chef de l'Etat nous a présenté tout ce qui s'est passé. Il a donné une vision pour le futur du pays et espère l'accompagnement des partenaires internationaux pour passer ensemble les moments difficiles que traverse le pays", a expliqué M. Li. Le Burkina Faso est plongé depuis près de sept ans dans une spirale de violences attribuées à des mouvements jihadistes affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, lesquelles ont fait plus de 2.000 morts et contraint au moins 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers. Plusieurs attaques récentes particulièrement meurtrières avaient amplifié l'exaspération de la population contre le régime de M. Kaboré, contraint à la démission le 24 janvier après avoir été arrêté par les putschistes, puis placé en résidence surveillée dans une villa de Ouagadougou. Le 27 janvier, lors de son unique allocution à la télévision nationale, le lieutenant-colonel Damiba a fait de la sécurité sa "priorité" et indiqué que son pays avait "plus que jamais besoin de ses partenaires" internationaux.