Maroc/budget: relance économique et dépenses militaires en hausse

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Maroc s'est doté d'un budget pour 2022 axé sur des mesures de relance économique et marqué par des dépenses militaires en forte hausse, dans un contexte de crise sanitaire et de tensions régionales en Afrique du nord.

Le projet de loi de finances (PLF) a été adopté dans la nuit de samedi à dimanche par une large majorité de voix (206 pour, 67 contre) par la nouvelle Chambre des représentants issue des élections législatives du 8 septembre. Ce scrutin a porté au pouvoir l'homme d'affaires Aziz Akhannouch, président du Rassemblement national des indépendants (RNI), un parti libéral de centre-droit. Le Maroc table sur un investissement public "record" de 245 milliards de dirhams, soit plus de 23 milliards d'euros, pour remettre sur pied son économie fortement ébranlée par la pandémie de Covid-19. Le PLF "se base sur trois priorités: l'emploi, l'éducation et la santé", a expliqué la ministre de l'Economie et des Finances Nadia Fettah Alaoui. Il prévoit la création de 250.000 emplois sur deux ans "en faveur des jeunes ayant perdu leur travail à cause de la crise dans les chantiers de travaux publics", a précisé la ministre. Quelque 50.000 autres jeunes devraient bénéficier d'aides pour la création d'entreprises, selon la même source. Sur fond de rupture des relations avec son voisin algérien, le royaume chérifien a revu à la hausse son budget alloué à la défense, qui dépasse pour la première fois les 50 milliards de dirhams (soit près de 5 milliards d'euros), selon les médias. En 2021, l'enveloppe de la défense marocaine avait atteint 4 milliards d'euros, ce qui constituait déjà une hausse de 30% par rapport au budget de 2020. Les deux frères ennemis du Maghreb s'opposent sur la scène régionale, tant au niveau diplomatique que sur la question du Sahara occidental, territoire disputé entre le Maroc et les indépendantistes sahraouis, soutenus par l'Algérie. La tension est encore montée d'un cran depuis le début du mois après qu'Alger a fait état d'un bombardement imputé au Maroc qui a causé la mort de trois camionneurs algériens en territoire sahraoui le 1er novembre.