Maroc: les islamistes font leur post-mortem après leur déroute électorale

18 septembre 2021 à 18h51 par AFP

AFRICA RADIO

Le parti islamiste marocain PJD s'est réuni samedi à huis clos pour tirer les enseignements de sa débâche historique lors des élections générales du 8 septembre au Maroc, après une décennie au pouvoir.

Le Parti de la justice et du développement (PJD) "est à un tournant important où nous pouvons questionner nos choix (...) sans succomber à la psychologie de la défaite", a reconnu son secrétaire général démissionnaire, Saad Eddine El Othmani, lors d'une session extraordinaire du conseil national du parti, cité par le site pjd.ma. "Nous sommes confrontés à une phase de remous mais pas à la fin de l'Histoire", a toutefois assuré le chef du gouvernement sortant au cours de cette réunion organisée par visioconférence. Le PJD a décidé de convoquer un congrès extraordinaire "fin octobre" qui choisira une nouvelle direction après la démission collective de son secrétariat général au lendemain de la débâcle électorale. Au pouvoir depuis dix ans, ce parti islamiste modéré s'est effondré à l'issue du scrutin législatif, passant de 125 sièges dans l'assemblée sortante à 13 sur un total de 395. L'ampleur inattendue de la défaite s'est confirmée avec les élections locales, tenues le même jour que les législatives: le parti a dégringolé de 5.021 élus à 777 aux communales et de 174 sièges à 18 aux régionales contre 174. "Nous sommes encore sous le choc. La situation du parti est difficile. C'est comme s'il était en réanimation, mais nous ambitionnons de le ressusciter", a promis samedi une responsable du PJD, Amina Maelainine. C'est le parti libéral du Rassemblement national des indépendants (RNI), considéré comme proche du palais royal, qui a triomphé lors des dernières élections, raflant 102 sièges à la Chambre des représentants. Son patron, le milliardaire Aziz Akhannouch -- désigné depuis chef du gouvernement par le roi Mohammed VI --, a lancé cette semaine des tractations avec les partis politiques représentés au Parlement en vue de former une coalition gouvernementale. Mais le PJD n'a pas pris part à ces discussions, ayant décidé de retourner dans l'opposition.