Mondial - Maroc: En-Nesyri, le sens du sacrifice

AFRICA RADIO

9 décembre 2022 à 6h51 par AFP

Ses entraîneurs louent le don de soi de Youssef En-Nesyri, avant-centre et premier défenseur du Maroc, prêt à cavaler aussi contre le Portugal, samedi (16h00), pour atteindre les demi-finales d'une Coupe du monde.

Doha (AFP)

"Le sens du sacrifice il l'avait déjà très jeune, on n'a pas eu beaucoup de travail dans ce domaine", raconte à l'AFP Nasser Larguet, formateur de Youssef En-Nesyri.

Contre le Portugal, "il va aussi défendre", assure l'ancien technicien de l'Olympique de Marseille."Il est très utile pour aller au tampon avec les défenseurs, pour créer des brèches pour Hakim Zyech ou Sofiane Boufal et les milieux qui viennent de derrière".

Au Mondial-2022, "je le reconnais dans les efforts qu'il fait, l'abnégation", poursuit Larguet, ancien Directeur technique national du Maroc et aujourd'hui DTN de l'Arabie Saoudite.

En-Nesyri est "un garçon que j'ai découvert la première fois dans le sport scolaire, à Fez.Il avait 11 ans, il m'avait impressionné à la fois pour sa vitesse et sa puissance.Nous les joueurs marocains nous sommes plutôt endurants, nous courons beaucoup mais ne proposons pas de changements de rythme comme il sait le faire" poursuit le technicien, qui a relancé la formation marocaine à l'Académie Mohamed VI, dont En-Nesyri est membre de la première promotion.

- "Il court partout" -

La "deuxième caractéristique" du buteur du Séville FC, "c'est une frappe de balle incroyable, déjà à 11 ans, et un jeu de tête qui n'est pas non plus une habitude au Maroc, on pratique plus le jeu court dans les quartiers", poursuit Larguet.

Walid Regragui aussi adore le profil de son avant-centre."Personne n'estime El-Nesyri a sa juste valeur", estime le sélectionneur."C'est un talent, qui fait ce que je lui demande, il court partout et il pense toujours à l'équipe.C'est pour ça qu'il a gardé sa place de titulaire, pas seulement avec moi mais avec les précédents sélectionneurs".

Et il marque aussi.Contre le Canada (2-1), le Sévillan a signé un but, devenant le premier marocain buteur lors de deux Coupes du monde.

"Il a marqué du pied droit", note Larguet, "il m'a étonné, d'ordinaire il aurait fait un crochet pour se mettre sur le gauche, or il a instantanément tiré du pied droit."

"Je suis fier d'avoir marqué dans deux Coupes du monde, je dédie cet exploit à ma famille et à tous ceux qui m'ont soutenu", a raconté le joueur, qui a souvent pris la foudre et a moins joué cette saison à Séville, 15 matches en tout (deux buts) dont six titularisations seulement.

- "On m'a beaucoup critiqué" -

"On m'a beaucoup critiqué, on a douté de mes qualités, mais grâce à Dieu j'ai réussi à prouver aux gens qu'ils avaient tort et que je mérite de défendre les couleurs de l'équipe nationale", a lancé En-Nesyri.

"La confiance de l'entraîneur m'a beaucoup aidé, et je ne l'ai pas déçu", a-t-il ajouté.

"Je travaille toujours dur pour que l'équipe gagne, que je marque ou non", confiait-il à Marca en janvier 2021."Mon travail va bien au-delà du but.A Séville, il faut courir et presser sans cesse, tu as à peine le temps de respirer."

Dans son style, l'Andalou était déjà à l'origine du premier but contre les "Canucks", Zyech a profité de son pressing sur le gardien de but.La récompense de ses efforts.

"Au départ, c'était un garçon très soliste", rembobine pourtant Larguet."Il jouait beaucoup pour lui.Ce n'était pas pour me déplaire pour un attaquant, il était opportuniste devant le but, il frappait dans toutes les positions, on a gardé ses caractéristiques, en lui apprenant à jouer plus collectif."

En-Nesyri "est très généreux, des fois ça lui joue des tours devant le but, il perd un peu d'efficacité tellement il a donné dans la phase défensive et la phase de construction, mais il rend énormément de services.Je suis heureux de le voir le prouver au plus haut niveau."