Mozambique: des "progrès" dans la lutte contre les violences jihadistes, selon Ramaphosa

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a salué mardi, lors d'un sommet des pays d'Afrique australe au Malawi, des "progrès significatifs" dans la lutte contre les violences jihadistes dans le nord-est du Mozambique depuis l'intervention de troupes régionales.

La province pauvre mais riche en gaz du Cabo Delgado est en proie, depuis plus de quatre ans, à des attaques par des groupes armés qui ont fait allégeance au groupe Etat islamique. Les violences, dans la région à majorité musulmane à la frontière avec la Tanzanie, ont déjà fait 3.500 morts et obligé 820.000 personnes à fuir leur foyer. Le Rwanda et la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), qui regroupe 16 Etats, a envoyé en juillet-août au moins 3.000 soldats en soutien à l'armée mozambicaine. Depuis leur déploiement, "des progrès significatifs ont été réalisés", a déclaré M. Ramaphosa à l'ouverture du sommet qui doit se tenir pendant deux jours dans la capitale du Malawi, Lilongwe. "La situation sécuritaire au Cabo Delgado s'améliore, permettant à certaines personnes déplacées de rentrer chez elles et reprendre une vie normale", selon le chef d'Etat. Les troupes régionales ont également contribué à créer une "voie sécurisée" pour l'acheminement de l'aide humanitaire, a-t-il poursuivi. Les attaques jihadistes dans la région ont été marquées par des massacres, des décapitations, l'incendie de villages et des enlèvements ciblant des groupes de jeunes filles.