Amnesty dénonce la "dangereuse" chasse aux sorcières contre les homosexuels en Tanzanie

Par AFP

AFRICA RADIO

Amnesty International a dénoncé jeudi les "dangereux" projets des autorités de Dar es Salaam, la capitale économique de Tanzanie, de traquer et d'arrêter les homosexuels.

Le gouverneur de la province de Dar es Salaam en Tanzanie, Paul Makonda, a lancé lundi une campagne contre l'homosexualité, appelant ses administrés à dénoncer des homosexuels et promettant des arrestations dès la semaine prochaine."Il est très regrettable que la Tanzanie ait choisi une voie aussi dangereuse pour traiter un groupe d'individus déjà marginalisé" a déclaré Joan Nanyuki, le directeur régional d'Amnesty International."Une telle idée doit être immédiatement abandonnée car elle ne fait qu'accentuer les haines," a-t-il ajouté.Le gouverneur, un Chrétien, a exhorté ses concitoyens à soutenir sa campagne contre l'homosexualité qui, selon lui, "foule au pied les valeurs morales des Tanzaniens et de nos deux religions chrétienne et musulmane".L'homosexualité constitue un crime en Tanzanie, puni d'une peine minimale de 30 ans et pouvant aller jusqu'à la prison à perpétuité. La société tanzanienne ne tolère pas l'homosexualité, qui est ainsi pratiquée en cachette.