Brega et Ajdabiya, deux points stratégiques, clés pour l'insurrection

3 mars 2011 à 17h47 par La rédaction

BENGHAZI (Libye) (AFP)

Les deux villes de Brega et Ajdabiya, l'une un site pétrolier et l'autre un noeud de communications, sont deux points stratégiques pour que l'opposition au régime du colonel Mouammar Kadhafi ne se retrouve pas isolée du reste du pays.

Mercredi, les forces gouvernementales ont lancé sans succès des attaques terrestre et aérienne sur le port méditerranéen de Brega (800 km à l'est de Tripoli), aux mains de l'opposition depuis une quinzaine de jours.

De nouveaux bombardements ont eu lieu jeudi dans cette ville et des sources de l'opposition faisaient état d'un important mouvement de troupes du régime depuis l'ouest et le sud vers Brega et Ajdabiya.

Pourquoi Kadhafi tient-il tellement à ces deux villes qui se trouvent à l'extrême est du Golfe de Syrte ?

Brega est un grand terminal pétrolier vers où sont transportés les hydrocarbures extraits dans le sud-est (à l'exception de ceux de Sarir, qui sont acheminés à Tobrouk).Des produits pour la consommation locale y sont également raffinés.

"Brega et Ras Lanouf (une centaine de kilomètres à l'ouest) sont considérées comme les bases pétrolières de la Libye", explique Fathi Faraj, responsable du comité civil de Tobrouk (est) et également conseiller de Agoco (Arabian Gulf Oil Company), un des producteurs de brut en territoire libyen.

"Brega fournit du gaz à Benghazi et ses environs.Le reste des villes de la côte sont alimentées depuis Tobrouk", ajoute-t-il à l'AFP au téléphone.

Si les forces loyales au colonel Kadhafi capturent Brega, "ils peuvent couper (l'électricité) à Benghazi", précise Mohammed Khanis, employé sur le site pétrolier.

Dans le même sens, Mushala, un ingénieur travaillant pour une usine de Brega, affirme que les troupes pro-Kadhafi cherchent à s'emparer de trois objectifs stratégiques: "les sociétés pétrolières, l'aéroport et le gazoduc qui transporte le gaz à Benghazi".

Membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la Libye est le quatrième producteur d'Afrique, derrière le Nigeria, l'Algérie et l'Angola, avec environ 1,8 million de barils par jour, et dispose de réserves estimés à 42 milliards de barils.

La Libye dispose aussi de réserves de gaz naturel estimées à 1.540 milliards de m3, d'après l'Opep.Le pays a quasiment doublé ses exportations de gaz naturel en trois ans, passant de 5.400 millions de m3 en 2005 à plus de 10.000 millions de m3 par an.

Quant à la ville d'Ajdabiya, 100.000 habitants et à 17 km de la Méditerranée, elle est considérée comme un carrefour routier clé.

Ajdabiya sert d'un côté de porte d'accès au nord-est, où se trouve Benghazi et la majeure partie des villes aux mains de l'opposition (comme Tobrouk, Derna, Al-Baïda).Là commence également la route principale vers le sud-est.

"Il est très important de protéger Brega parce que s'ils (les pro-Kadhafi) occupent cet endroit, ils se dirigeront ensuite vers Ajdabiya.Or Ajdabiya est un point central pour eux car il permet de connecter l'ouest à l'est et au sud", a expliqué un ingénieur sous couvert de l'anonymat.

La plupart des villes de Libye, un pays dont la majeure partie est désertique, se trouvent sur la Méditerranée.Le pays dispose d'un axe principal en très bon état, qui longe la mer d'ouest en est depuis la Tunisie jusqu'à l'Egypte.

Mais compte tenu des longues distances, l'avion reste le meilleur moyen de se déplacer.C'est pourquoi le contrôle des aéroports est fondamental pour le transport rapide des troupes, des munitions et du matériel.