Burkina: 9 policiers et soldats tués dans une double attaque dans le Nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Neuf policiers et soldats burkinabès ont été tués samedi lors d'une attaque visant au même moment un détachement militaire et un poste de police à Sebba, chef-lieu de la province du Yahgha, dans le nord du Burkina Faso, a-t-on appris de sources sécuritaires.

"Plusieurs dizaines d'individus lourdement armés ont attaqué tôt ce matin et de façon quasi simultanée le détachement militaire et le poste de police de Sebba", a indiqué à l'AFP une source sécuritaire.Cette "attaque terroriste d'une grande envergure a malheureusement occasionné la mort de neuf éléments", selon cette source."Les victimes sont principalement des policiers", a indiqué une autre source sécuritaire, précisant que l'attaque a "particulièrement visé le commissariat de police"."L'attaque a aussi occasionné d'importants dégâts matériels. De l'armement a été emporté par les assaillants lors de leur repli", a ajouté cette source. Le Burkina Faso est confronté depuis cinq ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières attribuées à des groupes jihadistes, qui ont fait plus de 800 morts depuis 2015, selon un décompte de l'AFP et près de 800 000 déplacés internes et réfugiés, d'après le gouvernement.Le 10 février, un groupe armé avait déjà fait irruption à Sebba, tuant un habitant et enlevant sept personnes au domicile d'un pasteur. Trois jours plus tard, cinq de ces personnes, dont le pasteur, avaient été retrouvées mortes, les deux autres, des femmes, étant saines et sauves, selon le gouverneur de région du Sahel.Sous-équipées et mal entraînées, les forces de sécurité burkinabè n'arrivent pas à enrayer la spirale de violences malgré l'aide de forces étrangères notamment de la France, présente dans le Sahel avec 5.100 hommes dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane.Selon l'ONU, les attaques jihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.