Cameroun: Paris rejette les accusations d'un député français

Par AFP

AFRICA RADIO

La diplomatie française a rejeté mardi les accusations d'un député qui lui reproche de soutenir le "régime dictatorial" camerounais, assurant appeler "très régulièrement" le président Paul Biya au respect des droits de l'Homme.

"Contre les enseignements de l'Histoire, contre nos valeurs, contre nos partenaires et surtout contre les Camerounais, allez-vous continuer à soutenir le régime dictatorial en place au Cameroun et les massacres de plus en plus réguliers qui s'y déroulent ?", a lancé Sébastien Nadot (ex-La République en Marche, LREM) lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.L'organisation internationale Human Rights Watch (HRW) a accusé vendredi dans un rapport accablant l'armée camerounaise de nouvelles exactions sur des civils en zone anglophone, en proie à un sanglant conflit séparatiste.Au moins 20 femmes ont été violées, un homme tué et 35 autres arrêtés le 1er mars 2020 dans une attaque contre le village d'Ebam, dans la région anglophone du Sud-Ouest, selon HRW.L'attaque d'Ebam a été perpétrée 15 jours après le massacre de Ngarbuh, dans la région du Nord-Ouest, qui avait provoqué un tollé international. L'ONU avait dénombré 23 civils tués, dont quinze enfants et deux femmes enceintes."Pensez-vous vraiment qu'il faille dresser votre requisitoire contre la France ?", a répliqué le secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne.La France "naturellement défend les droits de l'Homme", "notre histoire nous oblige", a-t-il ajouté en référence à la Révolution de 1789."Vous imaginez bien que toutes les autorités de ce pays ne ménagent pas leur peine pour convaincre un certain nombre de dirigeants dans le monde (...) que le droit (doit) être respecté", a poursuivi M. Lemoyne."Chacun d'entre nous porte ce message très régulièrement auprès du président Biya", a-t-il assuré. "D'ailleurs la régionalisation est en cours, des pouvoirs accrus pour les régions concernées notamment sont en cours", a-t-il ajouté en forme de satisfecit.