Centrafrique: 14 personnes tuées dans un édifice religieux selon Amnesty International.

Par Nadir Djennad

AFRICA RADIO

L'ONG Amnesty International affirme que quatorze personnes, dont au moins deux civils,ont été tuées en Centrafrique le 16 février à l'intérieur d'un édifice religieux à Bambari dans une ville située à 380 km au nord de Bangui, en marge d'affrontements entre les forces pro-gouvernementales et les groupes armés. Amnesty International se base sur des témoignages, des images satellite et des analyses de photographies pour faire ce constat. L'ONG évoqué également une vidéo datant du 16 février qui a permis de voir, selon elle, en gros plans certains de ces cadavres, dont une femme et un enfant". D'après Amnesty, les victimes ne portaient pas de tenues militaires.. Dans cette enquête, l'ONG ne dit pas qui sont exactement les auteurs de ces violences mais rappelle que la situation sécuritaire s’était détériorée à quelques jours de l’élection présidentielle et des élections législatives du 27 décembre dernier à la suite de la formation par six groupes armés, de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) défavorable à l’organisation des élections. Depuis le 17 décembre, la CPC a mené des attaques et occupé plusieurs villes. Les forces armées centrafricaines appuyées par des troupes étrangères, en présence de la MINUSCA, ont mené des combats contre elle pour reprendre ces villes. Dans son enquête, AMNESTY constate que le gouvernement centrafricain avait annoncé le 17 février la "libération totale" de Bambari et la capture de "nombreux prisonniers", mais n'avait communiqué aucun bilan sur d'éventuelles pertes civiles et militaires. Amnesty International demande aux autorités qu'une enquête soit faite pour faire toute la lumière sur ce drame, et plus largement sur les abus et les violations des droits humains perpétrés par des membres des groupes armés et des forces de sécurité durant la période électorale.