Centrafrique: démissions à la commission électorale

Par La rédaction

BANGUI (AFP)

Sept des 30 membres de la Commission électorale indépendante (CEI) de Centrafrique, représentant l'opposition, ont démissionné, dénonçant des "errements" dans l'organisation et le déroulement des élections générales du 23 janvier, dont les résultats étaient toujours attendus vendredi.

Ils dénoncent des "irrégularités enregistrées dans la gestion de la CEI" ainsi que des "errements" accumulés à la suite de difficultés, et ont décidé jeudi de démissionner "en raison de ces graves manquements", selon une lettre commune dont l'AFP a reçu copie.

Les sept démissionnaires représentaient une ex-rébellion ainsi que des partis et associations soutenant trois candidats à la présidentielle: l'ex-Premier ministre Martin Ziguélé, l'ex-ministre de la Défense et représentant l'ex-rébellion de l'amée populaire pour la restauration de la démocratie et le développement (APRD) Jean-Jacques Demafouth, ainsi que le député Emile Gros-Raymond Nakombo.

Les autres candidats à la présidentielle sont le président sortant François Bozizé, et l'ex-président Ange-Félix Patassé.

Joint par l'AFP, le président de la CEI, Joseph Binguimalé, a confirmé la démission des sept membres, précisant que cela n'affectait pas le travail de la CEI, qui poursuivait le dépouillement des bulletins de vote centralisés à Bangui.

Des résultats parcellaires du double scrutin ont été communiqués jeudi dans la nuit.Jusqu'à vendredi en milieu de journée, ces données non cumulées ne permettaient de dégager aucune tendance en faveur d'un des cinq candidats.La CEI n'était pas en mesure de communiquer de date pour la proclamation des résultats complets.

"Nous allons continuer le travail, parce que les (autres) commissaires de la CEI sont en ce moment dans la même salle que les expert internationaux et les représentants des autres entités pour la centralisation des dépouillements.Chacun est libre de prendre sa décision quant à sa présence ou non", a affirmé M. Binguimalé.

Le 25 janvier, MM.Ziguélé, Jean-Jacques Demafouth et Emile Gros-Raymond Nakombo ont affirmé rejeter d'avance les résultats des élections.