Centrafrique: l'ancien président Bozizé acclamé par des milliers de partisans à Bangui

21 décembre 2019 à 17h08 par AFP

AFRICA RADIO

L'ancien président centrafricain François Bozizé a été acclamé samedi à Bangui par des milliers de partisans pour sa première apparition publique depuis son retour en Centrafrique après six ans d'exil à l'étranger, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des milliers de partisans du KNK, son parti politique, s'étaient rassemblés sur un terrain du 5ème arrondissement de Bangui pour apercevoir l'ancien président qui n'était plus apparu devant ses concitoyens depuis qu'il avait été renversé en 2013 et contraint à l'exil. Bloqué pendant de longues minutes par la foule en liesse, François Bozizé est finalement monté à l'arrière d'un pick-up pour s'adresser à ses partisans.Après une courte allocution inaudible car recouverte par les vivats et les cris de ses soutiens, il est remonté dans son véhicule, escorté par la foule. Le cortège a ensuite défilé pendant plusieurs minutes dans un arrondissement voisin, sous les acclamations de centaines d'habitants massés au bord de la route. Renversé en 2013 par la Séléka, une coalition de groupes armés rebelles qui s'étaient emparés de la capitale Bangui, l'ancien général, arrivé au pouvoir en 2003, avait du céder sa place à Michel Djotodia, avant de fuir le pays.Lundi, le secrétaire général du KNK, Bertin Béa avait annoncé que François Bozizé était entré dans la capitale centrafricaine. Mais l'annonce avait été accueillie avec circonspection par le gouvernement centrafricain, l'ancien président n'étant pas, jusqu'à ce samedi, apparu en public. François Bozizé est toujours sous le coup d'un mandat d'arrêt international lancé par la Centrafrique en 2013 pour "crime contre l'humanité et incitation au génocide".L'ancien président est également sous sanction des Nations unies pour son rôle dans la crise centrafricaine en 2013, marquée par des sanglants affrontements communautaires entre la Séléka et les milices anti-balaka, apparues pour soutenir le président déchu.