Ceuta: une association marocaine dénonce le refoulement "illégal" de réfugiés

Par AFP

AFRICA RADIO

L'Association marocaine des droits humains (AMDH) a accusé l'Espagne d'avoir refoulé "illégalement" 40 réfugiés yéménites, dont un mineur, de l'enclave espagnole de Ceuta pendant la crise migratoire de la semaine dernière, dans un message publié sur Facebook.

Ces réfugiés yéménites "étaient enregistrés et installés au centre d'accueil des demandeurs d'asile" avant la crise et ils ont été conduits "de force vers la frontière marocaine" par "la police et par les militaires espagnols", a dénoncé dimanche soir l'association AMDH, basée à Nador (nord).Cette expulsion, mardi, est "une grave violation des droits de ces migrants, reconnus comme réfugiés par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés", a déclaré lundi à l'AFP Omar Naji, un militant de cette association.La semaine dernière, quelque 10.000 migrants, essentiellement Marocains et rêvant d'émigrer en Europe, ont tenté de rallier l'enclave espagnole de Ceuta en profitant d'un relâchement délibéré des contrôles frontaliers côté marocain, sur fond de crise diplomatique majeure entre le Maroc et l'Espagne.Plus de 6.000 migrants ont été expulsés de l'enclave, avec, à partir de jeudi, une entente logistique entre les deux pays pour organiser les retours.A l'origine de la crise entre Rabat et Madrid, l'hospitalisation de Brahim Ghali, chef du Front Polisario, sur le sol espagnol, après avoir contracté le Covid-19. Rabat affirme que le chef du mouvement indépendantiste sahraoui, soutenu par Alger, a voyagé de façon "frauduleuse" "avec un passeport falsifié" et réclame une enquête "transparente" sur les conditions de son arrivée, que Madrid a justifiée par des "raisons humanitaires".Des ONG ont dénoncé le traitement des migrants pendant l'afflux sur Ceuta. Amnesty International a notamment affirmé que certains, dont des mineurs, ont été "battus" par les forces espagnoles et a demandé une enquête sur ces "abus".ko/sof/awa