Congo: 12,6 millions d'euros pour la démobilisation des combattants dans le Pool

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Congo et les Nations unies vont consacrer 12,6 millions d'euros à la démobilisation des rebelles qui ont affronté l'armée dans le département du Pool (sud) entre 2016 et 2017, selon un accord signé vendredi à Brazzaville.

Ce programme co-financé par le Congo et ses partenaires prolonge l'accord de cessez-le-feu du 23 décembre et l'opération de désarmement annoncée le 7 août."Le programme est prévu pour quatre ans. Il est chiffré à 8,3 milliards de FCFA. La part du Congo est de près de 2 milliards de FCFA (plus de 3 millions d'euros) et le reste provient des partenaires" des Nations-unies, a indiqué à l'AFP Euloge Landry Kolélas, Haut commissaire à la réinsertion des ex-combattants."Ce programme complète les initiatives du plan de réponse humanitaire pour l'intégration des populations du Pool et des projets d'appui à la consolidation de la paix", a-t-il ajouté après avoir paraphé l'accord avec Anthony Ohemeng-Boamah, représentant résident du Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) au Congo."Il fait une part belle à la réintégration qui représente 56,44% de ses ressources", a-t-il ajouté.Selon une fiche de présentation consultée par l'AFP, au moins 7.500 ex-combattants et 2.500 membres de leurs communautés en seront bénéficiaires."Ce projet vise également à réintégrer les déplacés qui retournent chez eux. C'est important parce que souvent on focalise le tout sur les ex-combattants", a souligné M. Ohemeng-Boamah.Les anciens miliciens "Ninjas" ont repris les armes dans le Pool entre 2016 et 2017 après la réélection contestée du président Denis Sassou Nguesso.Ce conflit à huis-clos a provoqué le déplacement de plus de 138.000 personnes selon les ONG internationales.Une opération de désarmement lancée le 7 août n'a toujours pas effectivement démarré. Le chef des ex-combattants ninjas, l'ancien chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, a adhéré à l'initiative le 21 août, demandant au gouvernement de lui accorder des "moyens".