Congo: des milliers de partisans au dernier meeting de campagne de Sassou Nguesso

Par AFP

AFRICA RADIO

Plusieurs milliers de personnes, notamment des jeunes, ont assisté vendredi à Brazzaville au dernier meeting de campagne du président Denis Sassou Nguesso, qui cumule 36 ans à la tête du Congo, et qui brigue un nouveau mandat, a constaté une équipe de l'AFP.

Plusieurs ballons de plusieurs mètres de diamètres flottaient au dessus de l'esplanade du palais de Congrès de Brazzaville recouverte de deux portraits géants du président candidat.A quelques heures de la clôture de la campagne pour la présidentielle du 21 mars, le candidat du Parti congolais du travail (PCT) a fait une démonstration de force.Au côté de son épouse Antoinette Sassou, coiffé d'un Borsalino blanc, "DSN" - un sigle qui était visible sur plusieurs affiches et pancartes de campagne -, n'a enlevé son masque que pour prononcer son discours."La jeunesse qui gagne avec DSN", "Avec DSN, le renouveau dans la continuité", proclamaient banderoles et affiches.Faisant l'éloge de son bilan, Denis Sassou Nguesso, 77 ans, a indiqué que "plus de mille jeunes ont été envoyés par le gouvernement à Cuba en formation de médecine pour la santé de notre population"."Le gouvernement a ouvert des centres de formation et d'apprentissage toujours en faveur des jeunes", a-t-il encore dit."Cette politique en faveur des jeunes va se poursuivre avec force et vigueur au cours du prochain mandat", avec les jeunes, le Congo va "s'organiser pour produire ici au Congo des poulets, des oeufs", au lieu d'en importer, a promis M. Sassou Nguesso."Des pays qui nous donnent matin, midi et soir des leçons des droits de l'Homme n'ont pas encore décidé d'empêcher l'envoi en Afrique des poulets réformés qui devraient être brûlés et jetés", a-t-il ironisé.Les jeunes de moins de 25 ans, majoritaires parmi les quelque cinq millions d'habitants du pays, n'ont connu que Denis Sassou Nguessoau pouvoir, comme leurs parents depuis 1979, à l'exception d'une parenthèse entre 1992 et 1997.Ses deux principaux rivaux, deux de ses anciens ministres passés à l'opposition, Guy-Brice Parfait Kolélas et Mathias Dzon, ont également clôturé leur campagne à la présidentielle par des meetings à Brazzaville.Les questions économiques hantent les esprits des électeurs dans ce pays pétrolier, qui anticipait un recul de 9% de son PIB avec le Covid-19.