Coronavirus: au Congo, quarantaine non encore suivie d'effet pour la France, la Chine et l'Italie

4 mars 2020 à 18h31 par AFP

AFRICA RADIO

Brazzaville a annoncé mercredi que "tout passager en provenance de pays à risque sera mis en quarantaine à son arrivée en République du Congo" pour lutter contre coronavirus, en citant cinq pays: la France, l'Italie, la Chine, la Corée du Sud et l'Iran.

Mais les passagers du vol Air France en provenance de Paris qui s'est posé à 18h20 (17h20 GMT) mercredi à l'aéroport de Brazzaville "ont pu sortir normalement après un contrôle médical habituel", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier."Les 65 passagers descendus ce soir sont tous rentrés chez eux juste après un briefing", a confirmé une source aéroportuaire. "Seule une dame à la température élevée (pour avoir pris un vaccin contre l'hépatite B) a été retenue pour observation et devrait être libérée normalement après contrôle".Le projet de quarantaine a été transmis dans la journée par le ministère congolais des Affaires étrangères aux ambassades à Brazzaville."Les tests au Covid-19 seront pratiqués sur tous les passagers", lit-on dans la circulaire dont l'AFP s'est procurée une copie."Si les résultats sont négatifs, les passagers demeurent en quarantaine pendant 14 jours, période d'incubation", ajoute la note. "Si les résultats sont positifs, les passagers sont pris en charge, conformément aux procédures mises en place".La liste des pays "est susceptible d'évoluer en fonction de l'apparition de nouveaux cas dans d'autres pays".Aucune date d'entrée en application n'était précisée.Des représentants de l'ambassade de France et d'Air France "étaient tous à l'aéroport", mercredi à l'arrivée du vol en provenance de Paris, a précisé la source aéroportuaire.Des cinq pays à risque visés par Brazzaville, seule la France est reliée par des vols directs au Congo. Air France opère neuf vols hebdomadaires dont cinq sur Pointe-Noire, la capitale économique, et quatre sur Brazzaville. Le groupe français Total est la première compagnie d'exploitation du pétrole dans la région de Pointe-Noire, suivie de loin par l'italien Eni.La Chine, ses entreprises et sa main d'oeuvre sont très présentes au Congo, dans de nombreux chantiers d'infrastructures (bâtiments, routes, ponts) sont préfinancés par Pékin.