Côte d'Ivoire: reprise des cours dans la 1ère université du pays après 6 semaines de grève

4 mars 2019 à 13h28 par AFP

AFRICA RADIO

Les cours ont repris lundi à l'université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan, après six semaines de grève des professeurs ayant paralysé le principal établissement supérieur public de Côte d'Ivoire.

La Coordination nationale des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d'Ivoire (Cnec) a décidé de "la suspension pour deux semaines de son mot d'ordre de grève", a expliqué à l'AFP, Johnson Zamina Kouassi, secrétaire général et porte-parole de la Cnec, premier syndicat des professeurs du supérieur."Les cours ont repris timidement", a déclaré M. Kouassi, dont la libération vendredi dernier après dix jours d'incarcération pour "troubles à l'ordre public", a permis cette reprise."Cest un soulagement effectif" s'est réjoui Sébastien René Ladji, doctorant en économie, déplorant le retard accusé dans les cours. "Nous (les étudiants) sommes les plus gros perdants de cette crise. Nous sommes en mars 2019, et nous n'avons pas encore achevé l'année académique 2017-2018"Ces grèves sont intervenues après des sanctions disciplinaires infligées à quatre professeurs, dont le syndicaliste Johnson Zamina Kouassi, "révoqués" par le conseil de discipline de l'université pour des "violences" perpétrées à la présidence de l'université.Sept autres professeurs été suspendus de toutes activités académiques, allant de "six à douze mois".L'université Félix Houphouët-Boigny était entrée cette semaine dans sa sixième semaine de grève et l'arrestation de M. Zamina Kouassi avait aggravé une situation déjà tendue. Elle compte 60.000 étudiants et 2.300 professeurs, selon les chiffres de la Cnec.Les grèves dans le secteur public sont récurrentes en Côte d'Ivoire depuis deux ans, malgré la signature en août 2017 d'une trêve sociale de cinq ans moyennant le paiement sur plusieurs années d'arriérés de salaires pour environ 130.000 fonctionnaires, soit 70% des effectifs de la fonction publique.