Des milliers d'Egyptiens manifestent contre l'armée

Par La rédaction

LE CAIRE (AFP) - (AFP)

Des milliers d'Egyptiens manifestaient vendredi près du ministère de la Défense pour réclamer le départ de l'armée du pouvoir, à la veille du premier anniversaire de la chute de Hosni Moubarak, selon un journaliste de l'AFP.

Pendant la journée, plusieurs rassemblements ont convergé vers le ministère.En fin d'après-midi, les manifestants se trouvaient à une centaine de mètres derrière le bâtiment, la police militaire ayant bloqué la route menant au ministère avec des barbelés et des blindés.

Derrière le cordon de police résonnait de la musique militaire, tandis qu'en face, les manifestants scandaient: "Le peuple veut l'exécution du maréchal" Hussein Tantaoui, chef d'Etat de facto depuis que M. Moubarak a remis ses pouvoirs à l'armée le 11 février 2011.

A la fin de la grande prière hebdomadaire du vendredi dans la mosquée al-Fath, dans le centre du Caire, les manifestants avaient crié "A bas le pouvoir militaire" avant de se diriger vers le ministère.

"Nous marchons sur le ministère de la Défense, nous voulons le départ des militaires", a affirmé devant la mosquée Asmaa Mahfouz, militante connue pour avoir enregistré l'an dernier une vidéo appelant à un soulèvement contre Hosni Moubarak.

Les militants ont aussi appelé à une journée de "désobéissance civile" et de grèves samedi, jour anniversaire de la chute de M. Moubarak.

Acclamés il y a un an, les militaires sont très critiqués depuis plusieurs mois pour leur gestion de la transition, en particulier par les jeunes militants comme Asmaa Mahfouz, lauréate en décembre avec d'autres artisans du Printemps arabe du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen.

Après les appels à la désobéissance civile, l'armée a annoncé qu'elle se déploierait à travers le pays pour assurer la sécurité.

Ces appels à la mobilisation ont divisé les forces politiques.Les Frères musulmans, grands gagnants des dernières législatives, s'y sont opposés.

Tarek al-Kholi, un porte-parole du groupe du 6 avril, l'un des mouvements qui avaient lancé la révolte anti-Moubarak, a précisé qu'un seul jour de grève était prévu mais que la mobilisation pourrait être prolongée.

Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), dirigé par le maréchal Hussein Tantaoui, a promis de rendre le pouvoir aux civils après l'élection d'un président de la république, prévue avant la fin juin.