DSK vous a t-il convaincu ?

Par La rédaction

Près de deux semaines après son retour à Paris, Dominique Strauss Kahn sort enfin de son silence et tente de s'expliquer auprès des Français. En effet, ce dimanche 18 septembre, DSK a répondu aux questions posées par Claire Chazal au journal de 20h. Lors de cette interview qui a duré une vingtaine de minutes, nous avons pu voir un DSK assez détendu et réfléchi.Il a tenu un discours bien préparé, ce fut « une belle opération de communication » comme l'a souligné Jérôme Pasanau militant anti-discrimination.Nous n'avons rien appris de plus sur « l'affaire DSK », il a juste tenté de se donner une meilleure image en essayant de susciter de la compassion chez les Français « j'ai eu peur, très peur (...) j'ai été piétiné, humilié (...) j'ai vécu des attaques terribles (...). DSK donne l'impression de dédramatiser les faits qui lui sont reprochés. En effet, il déclare avoir commis « une faute envers les français» (...), une faute morale (...).La presse n'est tout de même pas dupe et n'a pas été convaincue. Les journalistes et les observateurs attaquent le « flou de ses explications, sa sincérité, son égoïsme ainsi qu'une intervention calibrée sur mesure par ses communicants ».Cette intervention a générée des réactions multiples dans la classe politique :"On l'a largement entendu expliquer qu'il reconnaissait ses torts, que ça avait gâché sa vie, en tout cas momentanément mais on n'a aucune réponse à des questions élémentaires, à savoir qu'est-ce qu'il faisait en sortant de sa douche dans une chambre d'hôtel. Ce n'est pas un détail » s'indigne Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon sur BFM TV."Convaincue sur la partie économique". "J'ai trouvé que ses analyses convergeaient parfaitement avec celles de Nicolas Sarkozy et d'Angela Merkel et beaucoup moins avec les socialistes. Ils auraient intérêt à l'écoute » déclare Valérie Rosso Debord, déléguée générale de l'UMP sur LCI.Jean Pierre Raffarin, ancien premier ministre souligne sur son compte twitter : "Plus à l'aise pour afficher sa compétence que sa sincérité". "La décence eût été le silence". « DSK n'a fait preuve d'aucune spontanéité » déclare Marine le Pen sur LCI.Chez les socialistes aussi, diverses réactions :Ségolène Royal retient de l'intervention de Strauss Kahn "l'envie de tourner la page". "Cette émission a permis de clore quelque chose qui nous a beaucoup trop occupés", poursuit-elle.Jacques Lang quant à lui déclaré "Dominique a parlé la langue du c�?ur, �?�, de la vérité et de l'intelligence. Son intervention remarquable était pleine d'émotion et de justesse. Je suis fier d'être son ami. Il a révélé une fois de plus sa haute stature intellectuelle et morale dont je n'ai personnellement jamais douté. Dominique a montré ce soir avec éclat à quel point il était un homme d'Etat dont nous avons été provisoirement privés par la calomnie, l'injustice et le mensonge. Son analyse visionnaire de l'Europe fait apparaître que la France aura de nouveau besoin de son impressionnante compétence et de son expérience".DSK s'est montré "ému, digne, et qui a livré sa vérité", "Fier ce soir d'être son ami et malgré tout des regrets de ne pas partager cette campagne avec lui", indique Jean Marie Le Guen député PS, sur twitter.On remarque que les réactions changent en fonction de la tendance politique. Faty