Ebola: les Libériens pris de "panique", s'alarme leur présidente

1er août 2014 à 6h42 par La rédaction

Washington (AFP)

Les Libériens sont pris de "panique" par l'épidémie d'Ebola et la situation vire à la "catastrophe" dans ce pays d'Afrique de l'Ouest qui a besoin d'aide médicale, s'est alarmée jeudi sur CNN la présidente Ellen Johnson Sirleaf.

"Il y a des cadavres et ils savent maintenant que c'est du sérieux.Ils savent que c'est mortel et commencent maintenant à réagir", a déclaré sur la chaîne d'informations américaine la présidente du Liberia, à propos de ses concitoyens qui vivent dorénavant dans la "peur" et la "panique".

"C'est très, très grave, on approche de la catastrophe", a encore mis en garde Mme Johnson Sirleaf.

La Sierra Leone et le Liberia ont adopté de strictes mesures pour lutter contre l'épidémie d'Ebola qui a fait plus de 700 morts en Afrique de l'Ouest, un effort soutenu par un plan de l'OMS d'un montant de 100 millions de dollars.

"Ce n'est pas un problème libérien, ni sierra-léonais, ni guinéen.C'est un problème international", a encore plaidé la chef d'Etat.

Elle a exprimé sa "reconnaissance" pour les médecins et infirmières déjà sur place pour lutter contre la propagation de la maladie, mais elle a demandé "un appui supplémentaire".

Avec son homologue sierra-léonais Ernest Bai Koroma, Ellen Johnson Sirleaf a par ailleurs renoncé à se rendre au sommet Afrique/Etats-Unis la semaine prochaine à Washington.