Elections en RDC: l'opposition pourrait appeler à des "marches pacifiques"

Par La rédaction

KINSHASA (AFP) - (AFP)

 L'opposition pourrait appeler à des "marches pacifiques" en République démocratique du Congo pour protester contre le résultat de la présidentielle qui a donné la victoire au président sortant Joseph Kabila , a-t-on appris lundi auprès de l'UDPS.

Le leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDSP) Etienne Tshisekedi, qui a rejeté la réélection de M. Kabila et s'est autoproclamé "président élu", "a lancé un appel à la communauté internationale pour trouver une solution.On attend un signe de la communauté internationale" pour une médiation, a déclaré à l'AFP Albert Moleka, directeur de cabinet de l'opposant.

Mais "cela n'empêche pas la population d'utiliser son droit à des marches pacifiques pour protester contre les résultats frauduleux (de la présidentielle), qui sont une provocation", a-t-il ajouté en n'écartant pas la possibilité d'appeler à de telles actions.

L'UDPS a exclu tout recours devant la Cour suprême de justice qui doit proclamer le vainqueur officiel samedi.

 "Il faut voir qui organise ces marches, selon quelles modalités, c'est un peu compliqué", a-t-on tempéré dans le camp de l'opposant Léon Kengo, arrivé 4e de la présidentielle et qui a également

rejeté le résultat du scrutin."M.Tshisekedi a aussiappelé au calme", a-t-on ajouté.

"L'un n'exclut pas l'autre", estime de son côté un proche de Vital Kamerhe, 3e du scrutin et qui a reconnu la "victoire" de M. Tshisekedi, en évoquant la médiation et les marches pacifiques.

"Nous n'en sommes pas encore là", a en revanche estimé Martin Fayulu, président d'un parti allié à l'UDPS.

La Commission électorale a annoncé vendredi la victoire de M. Kabila avec 48,95% des voix contre 32,33% à M. Tshisekedi.

 La mission d'observation du Centre Carter a relevé samedi des "irrégularités graves" lors du processus électoral et la compilation des résultats, mais qui ne remettent "pas en cause l'ordre du résultat".