Enlèvements au Niger: le patron d'un journal interpellé puis relâché

20 septembre 2010 à 8h35 par La rédaction

NIAMEY (AFP)

Le directeur du magazine nigérien L'Evénement a été remis en liberté dimanche soir après avoir été détenu par la police à Niamey pour des propos sur la sécurité dans le nord du pays, où ont été enlevés jeudi cinq Français et deux Africains, a-t-il affirmé lundi matin à l'AFP.

"J'ai été remis en liberté dans la soirée de dimanche vers 21 heures' (locales, 20 heures GMT), a déclaré Moussa Aksar.

Les policiers lui ont expliqué qu'il avait été entendu depuis dimanche matin "pour nécessité d'enquête", a ajouté le journaliste.

Selon lui, les Renseignements généraux, qui l'avaient interpellé à son domicile, lui ont reproché "une intervention samedi sur la chaîne de télévision France 24, où (il) mettait en cause le dispositif nigérien de sécurité" dans la région.

"J'ai répondu que cela faisait un moment que j'attirais dans mon journal l'attention des autorités sur l'implantation d'Al-Qaïda au Niger, notamment à travers l'infiltration des migrants", avait-il dit à l'AFP durant sa détention.

L'Evénement est l'un des principaux hebdomadaires privés de Niamey.Il est connu pour ses critiques contre la junte militaire au pouvoir depuis le renversement du président Mamadou Tandja en février.

Cinq Français, un Togolais et un Malgache, pour l'essentiel des collaborateurs des groupes français Areva et Vinci, ont été enlevés le 16 septembre à Arlit (nord), site d'extraction d'uranium.Paris et Niamey soupçonnent Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).