Grève et manifestation à Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne

14 août 2012 à 11h17 par La rédaction


SIDI BOUZID (Tunisie) (AFP) - (AFP)

Une grève générale était très suivie mardi à Sidi-Bouzid, berceau de la révolution tunisienne, et des centaines de personnes, criant des slogans contre les islamistes au pouvoir, manifestaient pour dénoncer la récente répression de manifestations.

Les administrations et magasins de la ville étaient fermés dans la matinée, a constaté un journaliste de l'AFP, à l'exception des bouchers restés ouverts pour permettre aux habitants de s'approvisionner pour la nuit du destin qui célèbre, durant le jeûne du ramadan, la révélation du Coran au prophète Mahomet.

Une manifestation regroupant l'opposition politique, les syndicats et représentants du patronat et de la société civile a rassemblé plusieurs centaines de personnes qui ont défilé vers le palais de la justice, situé à l'extérieur de cette ville du centre de la Tunisie.

Les manifestants réclament la libération de protestataires arrêtés en août lors de manifestations dispersées sans ménagement par la police à l'aide de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.

Ils ont scandé des slogans contre les islamistes d'Ennahda, le parti qui dirige la coalition au pouvoir."Le peuple veut la chute du régime", "Justice, malheur à toi, Ennahda a le pouvoir sur toi", ont-ils crié notamment.

Sidi Bouzid est située dans une région particulièrement pauvre et marginalisée sous le régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali.Or, selon des analystes, la situation économique et sociale ne s'y est guère améliorée depuis la révolution de 2011.

La ville a une importance hautement symbolique, en tant que berceau de la révolution dont le point de départ avait été la mort le 17 décembre 2010 de Mohamed Bouazizi.Ce vendeur ambulant de 26 ans s'était immolé par le feu pour protester contre la saisie de sa marchandise par la police.

La misère, le chômage, en particulier des jeunes, et la corruption étaient au coeur des raisons de ce soulèvement contre le régime de Ben Ali.

Les manifestations se sont multipliées ces dernières semaines contre le gouvernement dirigé par les islamistes.

Dernier article