Insécurité au Nigeria: le Sénat demande la démission des chefs de l'armée

Par AFP

AFRICA RADIO

Les sénateurs nigérians ont demandé mardi, dans une résolution, la démission des chefs de l'armée, à qui ils reprochent de ne pas réussir à endiguer l'insécurité qui grangrène le pays, en proie à une insurrection islamiste.

Pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigeria est le théâtre d'une insurrection islamiste depuis dix ans dans le Nord-Est et d'attaques sanglantes de bandes criminelles armées dans le Nord-Ouest."Le Sénat a appelé les chefs de l'armée à démissionner face à une siutation sécuritaire qui se dégrade dans le pays", a déclaré dans un communiqué le bureau du président du Sénat. Les hauts gradés militaires, qui assurent avoir la situation en main, font l'objet de nombreuses critiques. Le président nigérian Muhammadu Buhari a jusqu'ici maintenu sa confiance au chef d'état-major Tukur Buratai face à de nombreux appels à son limogeage.Le limogeage des chefs militaires est une "prérogative présidentielle", a souligné le bureau du président nigérian, assurant que M. Buhari "fera ce qui est dans le meilleur intérêt du pays".Les jihadistes, comme les bandes armées, ont infligé de lourdes pertes à l'armée nigériane.Samedi, au moins 23 soldats ont été tués dans une embuscade tendue par des "bandits" armés dans l'Etat de Katsina (Nord-Ouest). Plus tôt en juillet, des combattants djihadistes liés au groupe Etat islamique ont tué des dizaines de soldats dans le Nord-Est du pays. L'insurrection lancée par les djihadistes de Boko Haram il y a 10 ans dans le Nord-Est du Nigeria a tué 36.000 personnes et en a déplacé environ deux millions.