Kongo (Documentaire) : voyage dans l'univers de la magie au Congo-Brazzaville

13 mars 2020 à 15h05 par Carole Galloy

AFRICA RADIO

KONGO : Un film de Hadrien LA VAPEUR et Corto VACLAV

Affiche film KONGO.jpg (645 KB)

Le film documentaire KONGO est sorti en salles le 11 mars. Il plonge le spectateur dans l’univers de la magie au Congo-Brazzaville. Une magie qui imprègne la vie quotidienne et les relations sociales. Pour en parler, notre invité est l’un des réalisateurs Corto Vaclav. Il répond au micro de Carole Galloy. 

« Cela nous a pris 6 ans pour faire le tournage du film KONGO, c'était le temps pour nous de trouver la bonne distance, de décoloniser notre regard et de trouver le rapport qui nous permet en même temps de croire et d'avoir le recul pour raconter une histoire »

La sorcellerie est le point de départ du film documentaire : KONGO. Pour l'aborder, les réalisateurs Adrien La Vapeur et Corto Vaclav ont décidé de se placer du côté des Ngunzas, une confrérie de guérisseurs traditionnels à Brazzaville, chargé de combattre les mauvais sorts. C'est ainsi qu'ils ont rencontré l'apôtre Médard, qui en ouvrant son temple à leur caméra, est devenu le personnage principal de KONGO.

Derrière le micro de Carole Galloy, Corto Vaclav explique qu'il était nécessaire pour les deux réalisateurs de « décoloniser leur regard » pour faire le tournage. Venant d'une société française « plutôt cartésienne où tout le monde magique est considéré comme un vaste délire collectif», il dénonce alors « l'ethnocentrisme de notre société ». En 6 ans de tournage, Corto Vaclav témoigne « avoir été confronté à des manifestations surnaturelles mettant en branle ses croyances cartésiennes ». Pour le réalisateur, à Brazzaville, un monde invisible régit le monde visible. L'apôtre Médard, personnage principal du film, se démène pour guérir les malades victimes de mauvais sorts. Mais sa vie bascule lorsqu'on l'accuse publiquement de pratiquer la magie noire. 

« On a été fasciné par le tribunal coutumier, il nous a permis de comprendre tout l'univers magique qui existe au Congo-Brazzaville ». 

Avec Kongo, le spectateur découvre l'existence d'un tribunal coutumier : un endroit privilégié pour percevoir l'ampleur du phénomène de la magie noire dans la société. 

« Le tribunal coutumier est une antenne de l'Etat qui ressemble formellement à un tribunal avec des juges et des magistrats, tous en robe noire, on croirait une cour d'instance sauf qu'elle est chargée de régler les problèmes coutumiers », précise  Corto Vaclav. « Au Congo, parfois, la loi du pays se trouve en contradiction avec les coutumes », ajoute-t-il. Le film, KONGO, bien que documentaire, sème volontairement le trouble.