L'Américain tué au Kenya, un survivant du 11-Septembre spécialiste des pays émergents

Par AFP

AFRICA RADIO

L'Américain tué mardi dans l'attaque d'un complexe hôtelier à Nairobi était un rescapé des attentats du 11 septembre 2001, co-fondateur d'une société spécialisée dans des projets d'économie durable pour les pays en voie de développement.

L'identité de Jason Spindler, qui figure parmi les 14 victimes au moins de l'attaque revendiquée par les islamistes radicaux somaliens shebab, n'a pas été formellement confirmée par les autorités. Mais deux proches du défunt - sa mère, Sarah Spindler, et son frère Jonathan Spindler - ont confirmé à plusieurs médias américains qu'il s'agissait bien de lui."C'est le coeur lourd que je dois signaler que mon frère, Jason Spindler, est mort ce matin dans l'attaque terroriste de Nairobi", a notamment écrit Jonathan Spindler sur sa page Facebook, dont les commentaires ne sont visibles que par ses amis. "Jason avait survécu au 11-Septembre et était un battant. Je suis sûr qu'il leur en a fait voir!", a-t-il ajouté. Jason Spindler, diplômé en droit de la New York University et ancien du programme de bénévolat du Peace Corps, travaillait à l'époque pour la société d'investissements Salomon Smith Barney.La compagnie avait son siège dans les tours du World Trade Center, qui se sont effondrées après avoir été percutées par deux avions détournés par des jihadistes, les attentats les plus sanglants qu'aient jamais connus les Etats-Unis, avec près de 3.000 morts. I-Dev, la société d'investissements que Jason Spindler avait co-fondée à San Francisco, était notamment engagée au Kenya dans un projet d'électrification via des systèmes de mini-réseaux adaptés aux régions reculées, selon le site web de la société. Sa mère a expliqué que son fils "voulait apporter des changements positifs au tiers monde, dans les marchés émergents". "Il nous manque tellement à nous tous. C'est si triste que quelqu'un de si brillant soit emporté par le terrorisme", a-t-elle ajouté.Le compte Facebook de Jason Spindler, qui comptait 1.500 "amis", avait été converti mercredi en une page où l'on pouvait lui rendre hommage.