L'avion de Gbagbo bloqué à la demande des "autorités légitimes", selon Paris

26 décembre 2010 à 18h06 par La rédaction

PARIS (AFP)

L'avion du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a été bloqué à l'aéroport de Bâle-Mulhouse en réponse à une demande des "autorités légitimes" de Côte d'Ivoire, c'est à dire le camp d'Alassane Ouattara, a déclaré dimanche le ministère français des Affaires étrangères. 

Cet aéroport est exploité conjointement par la France et la Suisse.L'appareil de Laurent Gbagbo s'y trouvait pour un contrôle de maintenance.

 "Les autorités légitimes nous ont demandé l'immobilisation de l'appareil, c'est précisément ce que nous avons fait en réponse à cette requête", a indiqué le porte-parole du ministère, Bernard Valero, interrogé par l'AFP.

L'appareil se trouvait sur place pour subir une inspection de la société Jet Aviation, qui est spécialisée dans la construction et l'entretien d'avions privés, a précisé de son côté le journal suisse Neue Zürcher Zeitung (NZZ), citant des sources proches du dossier.

"Je peux vous confirmer qu'un avion appartenant à la Côte d'Ivoire est stationné à (l'aéroport de) Bâle" Mulhouse, a précisé à l'AFP un porte-parole de l'Office fédéral de l'aviation civile (Ofac), une autorité suisse."Les autorités françaises ont bloqué" l'appareil, a-t-il ajouté, sans plus de précision.

La Côte d'Ivoire traverse une grave crise depuis la présidentielle du 28 novembre à l'issue de laquelle Alassane Ouattara a été désigné vainqueur par la Commission électorale indépendante, tandis que le Conseil constitutionnel a invalidé ces résultats, certifiés par l'ONU, et proclamé la victoire du président sortant Laurent Gbagbo.

La victoire d'Alassane Ouattara a été reconnue par l'immense majorité de la communauté internationale.

L'Union européenne a décidé de sanctions contre Laurent Gbagbo et 18 de ses proches, et envisage d'élargir prochainement cette liste.Il s'agit d'interdictions de visas pour ces personnes, qui devraient être prochainement complétées par un gel de leurs avoirs financiers.