L'interdiction de "Tintin au Congo" plaidée devant un tribunal belge

Par La rédaction

BRUXELLES (AFP)

Un ressortissant congolais et le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), une association française, ont plaidé lundi devant un tribunal belge l'interdiction de "Tintin au Congo", porteuse selon eux de clichés racistes et offensants à l'égard des Africains. 

Le procès au civil devant le tribunal de première instance de Bruxelles s'était ouvert le 28 avril suite à une plainte de Bienvenu Mbutu Mondondo, un citoyen de République démocratique du Congo (RDC) résidant en Belgique, rejoint par le CRAN.Il avait avait pris du retard pour des raisons de procédure.

"Nous ne voulons pas faire le procès d'Hergé (le +père+ de Tintin, ndlr) mais celui d'une époque où le racisme était ancré dans les mentalités", a déclaré à l'audience l'avocat des plaignants, Ahmed L'hedim, cité par l'agence de presse Belga.

Ses clients réclament donc l'interdiction de la vente de la célèbre bande dessinée publiée en 1931 ou, à défaut, que le livre soit accompagné d'un bandeau de mise en garde et d'une préface expliquant le contexte de l'époque.L'actuelle République démocratique du Congo était alors une colonie de la Belgique.

S'ils n'obtiennent pas son interdiction, les plaignants veulent en outre que le livre soit à l'avenir uniquement vendu dans les rayons "adultes" des librairies.

Mis en cause, l'éditeur Casterman et Moulinsart SA, la société ayant les droits commerciaux de l'oeuvre d'Hergé autres que les droits d'édition, ont plaidé l'incompétence du tribunal de première instance.

Selon leur avocate, Me Sandrine Carneroli, l'affaire est du ressort exclusif du tribunal de commerce, "puisqu'on parle de supprimer une vente".

Un autre avocat de Casterman et de Moulinsart avaient comparé fin mai à un autodafé la demande d'interdiction."Je ne peux pas accepter le racisme, mais je juge aussi épouvantable que l'on brûle des livres.Interdire des livres, c'est les brûler", avait déclaré Me Alain Berenboom.

La prochaine audience a été fixée au au 8 décembre.Une décision est ensuite attendue dans les deux mois.